Vatican News
2020.01.10 Pray for Peace 2020.01.10 Pray for Peace 

Méditation du dimanche de l'Ascension : "Attendre le Saint-Esprit à Jérusalem"

Le Père jésuite Eric Kambale nous introduit à la méditation avec les lectures du dimanche de l'Ascension du Seigneur de l'année B.

Chers frères et sœurs en ce dimanche où nous célébrons l'Ascension de notre Seigneur Jésus Christ, l'Eglise nous propose de prier à l'aide des textes qui nous relatent cette séparation du Maître d'avec ses disciples.

La première lecture tirée du livre des Actes des Apôtres (Ac 1, 1- 11), nous parle de Jésus qui fut enlevé au ciel après avoir donné, dans l'Esprit Saint, ses instructions aux Apôtres qu'il avait choisis. Jésus n'a jamais cessé d'instruire ses Apôtres, depuis le début jusqu'au dernier jour. Il nous instruit également chaque jour, lui, le Maître qui nous fait connaître en quoi consiste le Royaume de Dieu. Si le Maître n’a pas manqué à son devoir d'instruire, nous, ses disciples, ne manquons pas non plus à notre devoir de la mise en pratique des instructions reçues. Dans ses dernières consignes, Jésus demande aux Apôtres de ne pas quitter Jérusalem. Ils y recevront ce que le Père avait promis : le baptême dans l'Esprit Saint. Que signifie rester à Jérusalem pour moi qui écoute cette parole aujourd'hui? Jérusalem est ici le lieu de réception de l 'Esprit Saint en vue d'être témoins du Christ jusqu'aux extrémités de la terre. Rester à Jérusalem, en ma Jérusalem personnelle où je me sens fortifié par l'Esprit de Dieu. Ainsi, Jérusalem n’est plus seulement un lieu mais toute circonstance favorable à l'accueil de l'Esprit Saint pour proclamer les merveilles de Dieu. Mais les Apôtres, étonnés de l'Ascension du Maître, restent là à regarder vers le ciel. Souvent la séparation a sur nous un effet si fort que nous restons pensifs comme les Apôtres qui regardent vers le ciel. Deux hommes en vêtements blancs viennent les rassurer du retour de Jésus. Bien de fois nous avons aussi besoin d'être tirés de nos rêveries pour nous mettre à l'action. En effet, la mission des Apôtres n'est pas au ciel où ils regardent mais sur la terre où la proclamation de la Bonne Nouvelle les attend.

L'Evangile selon Saint Marc (Mc 16, 15-20) continue sur le même ton d'instructions avant le départ. Ces instructions sont une sorte de testament que le Christ laisse aux Apôtres : Aller dans le monde entier et proclamer la Bonne Nouvelle. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. Aux Apôtres revient la proclamation de la Bonne Nouvelle, mais la foi et le baptême sont personnels. Demandons au Seigneur d’augmenter en nous la foi en sa Parole annoncée par nos pasteurs. C'est cette Parole proclamée que le Seigneur confirme par les signes qui accompagnent ceux qui deviennent croyants. Au nom du Christ, ils chassent les esprits mauvais, ils parlent un langage nouveau, prennent des serpents dans leurs mains sans aucun mal... Bref, en croyant du fond de notre cœur, le Christ lui-même agit en nous. Ce qui est primordial c’est la foi. Les signes suivent cette foi et non l'inverse. Il est donc vain de chercher des signes sans avoir la foi au préalable.

La lettre aux Ephésiens (Eph 4,1-13) nous donne la dernière instruction avant le départ du Christ : l'unité de ceux qui restent. Jésus nous veut unis dans l'Esprit Saint. Cette unité ne saurait être possible sans amour, sans nous supporter mutuellement malgré nos différences. Elle n'est pas un fait toujours évident. Sinon le Christ ne nous l’aurait pas recommandée. L’unité est toujours à construire et à consolider quotidiennement. Toute unité étant œuvre de l'Esprit de Dieu, demandons, chers frères et sœurs, la présence du Saint Esprit au milieu de nous afin que nos paroles et nos actes promeuvent cette unité des enfants de Dieu.
Seigneur, avec l'aide de ton Esprit, fais de nous des ferments d'unité dans le monde. Amen.

Méditation du dimanche de l'Ascension de l’année liturgique B avec le Père Eric Kambale, SJ
14 mai 2021, 12:24