Recherche

Vatican News
Au sanctuaire de Notre-Dame de Guadalupe, un mémorial dédié aux victimes du Covid-19 a été installé Au sanctuaire de Notre-Dame de Guadalupe, un mémorial dédié aux victimes du Covid-19 a été installé  (AFP or licensors)

Les évêques mexicains appellent à l’unité face à la pandémie

Lors de leur assemblée plénière tenue en visioconférence, les évêques ont largement discuté de la situation de leur pays mis à genoux par la pandémie et qui se prépare en outre à des élections, le 6 juin prochain. L’épiscopat lance un appel à l’unité et à la collaboration de tous pour sortir de la crise sanitaire.

«Il n'y a pas de temps pour les divisions ou les vetos croisés! Nous devons apprendre à laisser de côté nos intérêts égoïstes, individuels ou partisans, pour parvenir à un dialogue pour le bien de tous les Mexicains», écrivent les évêques dans leur message, évoquant une «période complexe» pour leur pays et le monde entier.

La crise sanitaire et ses corollaires ont mis en exergue les failles importantes des système de santé et d’éducation, accru l’insécurité et fait planer une épée de Damoclès sur de nombreuses familles, qui ont vu leurs sources de revenus s’amoindrir considérablement, notent-ils encore.

«Nous constatons avec espoir que la vaccination a commencé et nous souhaitons que ce processus soit encore plus rapide afin que la santé de tous soit moins menacée, que l'économie puisse redémarrer, que les enfants puissent aller à l'école et que les taux de violence à l'intérieur et à l'extérieur des foyers puissent diminuer».

Collaboration nécessaire

Le redressement du pays est «d'autant plus complexe que nous sommes en période électorale, ce qui détourne l'attention des gouvernants et entrave la mise en œuvre de mesures répondant aux besoins urgents du pays», constate l’épiscopat qui s’estime préoccupé par de nombreuses et lourdes questions: la polarisation croissante du débat politique, le taux «alarmant» d’assassinats ciblés de candidats, la mise en coupe réglée de régions entières par le crime organisé, les mauvais traitements infligés aux migrants et la militarisation des frontières, ainsi que «le manque de soin pour notre maison commune». 

 

La conférence épiscopale met en garde: «ni le marché, ni les entrepreneurs, ni la société civile, ni le gouvernement ne peuvent à eux seuls résoudre cette crise ; la collaboration de tous est nécessaire. Le moyen de surmonter les défis actuels est la participation civique de tous, car ce n'est qu'ensemble que nous pouvons offrir aux pauvres des opportunités qui les rendent sujets de leur propre développement et à ceux qui sont au chômage des opportunités d'emploi dignes de ce nom».

Avec plus de 210 000 décès, le Mexique est l'un des plus touchés par la pandémie de coronavirus.

(avec SIR)

16 avril 2021, 11:53