Recherche

Vatican News
Fidèles dans la cathédrale Saint-Joseph à Allahabad, le 1er avril 2021 Fidèles dans la cathédrale Saint-Joseph à Allahabad, le 1er avril 2021  (AFP or licensors)

La liberté religieuse régresse dans le monde

Dans son rapport sur la liberté religieuse, la fondation de droit pontifical AED (Aide à l’Église en détresse), souligne que cette liberté fondamentale a régressé par rapport à il y a deux ans. Si en 2018, elle était bafouée dans un pays sur cinq, c’est maintenant dans un tiers des États qu’elle n’est pas respectée.

Entretien réalisé par Xavier Sartre – Cité du Vatican

Les croyants font l’objet de persécution ou de discrimination dans 62 pays sur les 196 étudiés, soit un tiers. Une proportion en nette augmentation par rapport à la précédente étude, datant de 2018. Les données collectées par Aide à l’Église (AED) font état d’une persécution dans 26 pays et de discriminations dans 36 autres. Deux tiers de la population mondiale sont ainsi concernés.

Trois causes principales expliquent cette détérioration. Il y a d’abord l’expansion du terrorisme islamiste, notamment au Sahel où sont actives les déclinaisons locales de l’organisation de l’État islamique et d’Al Qaïda, qui tentent d’établir une sorte de «califat intercontinental», explique Benoît de Blanpré, le directeur d’AED France.

Ensuite, et c’est une «surprise» pour la fondation, il y a les conséquences de la pandémie de Covid-19, avec d’une part les entraves à la pratique du culte observées dans de nombreux pays à travers le monde, et d’autre part, le renforcement des préjugés dont les minorités religieuses sont victimes, étant tenues pour responsables de la propagation du virus.

Enfin, la montée d’un suprématisme ethnoreligieux populiste devient une cause majeure de discriminations envers les minorités religieuses, plus particulièrement en Asie, notamment en Inde et au Sri Lanka.

L’un des rares motifs de satisfaction, ou d’espérance, selon Benoît de Blanpré, c’est l’action du Pape François en faveur de la paix religieuse. Il évoque ainsi la venue au Vatican des dirigeants sud-soudanais «réunis autour d’une même table», ou la signature du document sur la fraternité humaine avec le grand imam de l’université d'Al-Azhar.

Entretien avec Benoît de Blanpré, directeur d'AED France
20 avril 2021, 12:51