Recherche

Vatican News
Imposition des cendres sur des fidèles philippins par un ministre laïc lors d'une messe du Mercredi des Cendres, le 17 février 2021 à Manille. Imposition des cendres sur des fidèles philippins par un ministre laïc lors d'une messe du Mercredi des Cendres, le 17 février 2021 à Manille.  (AFP or licensors)

Philippines: la famille, première école d'évangélisation

Les évêques de cet archipel ont publié une lettre pastorale à l’occasion du lancement de l’Année de la Famille "Amoris Laetitia".

«La famille est destinée par Dieu à être la première école du disciple où les parents sont les premiers catéchistes de leurs enfants et la première école d'évangélisation où les membres apprennent à partager avec les autres la grâce et la lumière du Christ»: c'est ce qu'écrit la Conférence des évêques des Philippines (Cbcp) dans une lettre pastorale signée par son président, l'archevêque de Davao, Mgr Romulo Valles, publiée ce 19 mars, jour de l'ouverture officielle de l'année spéciale "Amoris Laetitia" pour la famille.

Annoncé par le Pape François à la fin de l'année 2020, l'événement vise à célébrer les cinq ans de la publication de l'exhortation apostolique post-synodale du même nom sur l'amour dans la famille, fruit de deux synodes - l'extraordinaire en 2014 et l'ordinaire en 2015 - axés sur le même thème. Dans le contexte de la pandémie de Covid-19 qui «continue à bouleverser nos vies», l'espérance des évêques philippins est donc que les familles, grâce à la foi chrétienne, «puissent vivre et prospérer dans une nation libre qui nourrit une civilisation de la vie et de l'amour».

Mettre en valeur la responsabilité des laïcs

L'accent est donc mis sur la coïncidence entre l'Année de la Famille Amoris Laetitia et les célébrations du 500e anniversaire de l'arrivée du christianisme aux Philippines. Cette concordance de dates donne l’occasion de souligner l'importance des laïcs dans l'évangélisation. La conférence épiscopale rappelle, en effet, que dans le pays «le kérygme a été prêché pour la première fois par un laïc, le navigateur Ferdinand Magellan» qui, en 1521, a évangélisé les peuples indigènes du pays, leur enseignant que «Dieu a fait le ciel et la terre et nous a donné le commandement d'honorer le père et la mère».

Les évêques rappellent aussi les nombreuses activités menées par l'Église philippine depuis 2016 pour soutenir et encourager le travail des laïcs et des familles: par exemple, la construction de «réseaux pastoraux pour porter l'Évangile à tous les niveaux de la société et de l'Église, en particulier dans les périphéries existentielles»; la relance des cours de préparation au mariage chrétien dans la perspective de l'amour fécond et de la spiritualité de communion; et une meilleure intégration des organisations pour la famille dans les structures diocésaines, afin que «chaque paroisse puisse vraiment devenir une famille de familles».

Redécouvrir la beauté du mariage

Les évêques philippins prêtent leur attention pastorale sur l'accompagnement des victimes de violences et d'abus domestiques, des toxicomanes, des migrants et de leurs familles. Le travail des évêques dans le domaine de l'apostolat des jeunes est également central, pour les aider à «découvrir la dignité et la beauté du mariage». La lettre pastorale souligne que l'Église locale ne s'est pas arrêtée même pendant la pandémie de Covid-19 et a continué à cheminer, à soutenir et à accompagner la vie de famille par de nouveaux moyens créatifs, tels que des cours et des conseils en ligne.

Ils remarquent aussi «la participation active des laïcs qui ont défendu la famille dans des affaires devant l'État». À cet égard, il est rappelé que la conférence épiscopale a décerné une distinction à l'avocate Maria Concepcion S. Noche «pour avoir plaidé avec succès en faveur de la suppression des dispositions inconstitutionnelles de la loi sur la santé reproductive».

Mais à toutes ces réalisations, d'autres s'ajoutent maintenant, pour se concrétiser au cours de cette année spéciale. Les évêques en citent cinq: partager plus largement le contenu de l'exhortation apostolique du Pape François, car «une famille qui découvre et expérimente la joie d'avoir un don et d'être un don pour l'Église et la société peut devenir une lumière dans les ténèbres du monde». Les quatre autres axes prioritaires sont: «proclamer que le sacrement du mariage est un don et qu'il contient en lui-même une force transformatrice de l'amour humain»; «permettre aux familles de devenir des agents actifs de l'apostolat familial»; «sensibiliser les jeunes à l'importance de la formation à la vérité de l'amour et au don de soi» et, enfin, «élargir l'apostolat familial par une approche transversale qui inclut les couples mariés, les enfants, les jeunes, les personnes âgées et les situations de fragilité familiale».

La Lettre pastorale évoque aussi la préparation de la 10e Rencontre mondiale des familles, prévue en juin 2022 à Rome, l'accompagnement et le discernement des familles blessées et l'approfondissement, en paroisse et en communauté, du texte d’Amoris Laetitia en tant que tel.

Vatican News Service - IP

 

19 mars 2021, 20:17