Recherche

Vatican News
Manifestation dans la rue contre le Coup d'État, le 3 février 2020 à Rangoun. Manifestation dans la rue contre le Coup d'État, le 3 février 2020 à Rangoun.  (AFP or licensors)

Birmanie: l’évêque auxiliaire de Rangoun appelle à prier pour la paix

Après le coup d’État de l’armée birmane et l’arrestation des principaux dirigeants du gouvernement civil le 1er février, Mgr John Saw Yaw Han, évêque auxiliaire de Rangoun, a appelé à prier pour la Birmanie. Certains craignent que des manifestations massives n’entraînent le retour de la junte birmane pendant plusieurs décennies.

Juste après le coup d’État du 1er février, Mgr John Saw Yaw Han, évêque auxiliaire de Rangoun, a appelé à prier pour la Birmanie, tout en invitant la population à la prudence. «Nous devons rester vigilants et prier», a-t-il confié à Fides, l’agence d’information de la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples. Mgr Saw Yaw a ainsi fait part de son inquiétude face à une situation qui pourrait devenir critique. Il a ainsi appelé l’Église en Birmanie à «faire des provisions alimentaires afin d’éviter des pénuries», et à «bien gérer les stocks de médicaments disponibles pour pouvoir veiller sur la santé des gens». 

Le 1er février, la «Tatmadaw», nom birman de l’armée, a en effet déclaré un état d’urgence pour un an, en plaçant le général Min Aung Hlaing à la tête du pays.

«Priez pour la paix en Birmanie»

Au moment du coup d’État, le cardinal Charles Bo, archevêque de Rangoun, était en visite pastorale dans l’État Kachin, dans le nord du pays. Mgr Saw Yaw Han, de son côté, a appelé tous les catholiques birmans à prier pour la paix. Il a également demandé aux prêtres de rester particulièrement vigilants, et à «contrôler ceux qui entrent dans les églises» afin de veiller à la sécurité des fidèles. L’évêque auxiliaire de la capitale recommandent aux prêtres et aux religieux d’éviter de publier des «commentaires individuels» sur les événements actuels, « afin de maintenir un esprit d’unité et de cohérence dans la communication de l’Église» et pour éviter de «semer le trouble et la confusion». 

 

L’évêque auxiliaire a invité les prêtres à «continuer d’encadrer les services liturgiques» et à «encourager tous les fidèles à prier avec ferveur pour la paix en Birmanie». 

La junte birmane a été au pouvoir en Birmanie de 1962 à 2011, avant de reprendre le pouvoir avec ce nouveau coup d’État.

(Avec Églises d’Asie et Ucanews)

         

03 février 2021, 16:26