Recherche

Vatican News
Cathédrale Saints-Michel-et-Gudule de Bruxelles, de style gothique brabançon. Cathédrale Saints-Michel-et-Gudule de Bruxelles, de style gothique brabançon.   (ANSA)

Carême: les évêques belges souhaitent le plus de célébrations possibles

En Belgique, la limitation des fidèles à 15 personnes par lieu de culte bouleverse les célébrations d’entrée en Carême. En vue du mercredi des Cendres, le 17 février prochain, les évêques du royaume suggèrent un maximum de messes ou célébrations de la parole dans tous les lieux possibles.

(Avec Cathobel)

Ouvrir le plus d'espaces possibles, y compris les églises qui n'ont pas encore repris leurs activités, pour permettre la participation du plus grand nombre de fidèles aux célébrations, dans le respect des protocoles sanitaires. C'est l'indication des évêques belges pour le prochain mercredi des Cendres, le 17 février, qui, comme d'autres célébrations liturgiques au cours des douze derniers mois, ont subi des changements en raison de la crise sanitaire.

Le geste des cendres de l’Ancien Testament

Pour le rite pénitentiel qui marque le début du Carême, les évêques se réfèrent aux récentes recommandations de la Congrégation pour le Culte divin et la discipline des Sacrements, qui seront également appliquées par le Pape François au Vatican. Les prêtres, après avoir aseptisé leurs mains, pourront donc s'approcher des fidèles avec le masque correctement porté et laisser les cendres tomber sur la tête de chacun sans toucher le front et prononcer la formule rituelle («Convertissez-vous et croyez à l'Évangile» ou «Souviens-toi, homme, que tu es poussière et que tu retourneras à la poussière») qui sera proclamée une fois pour toutes depuis l'autel pour maintenir la distance physique. 

 

«Le geste des cendres sera donc celui de l’Ancien Testament. On saupoudre des cendres sur la tonsure, c’est-à-dire sur l’arrière de la tête de la personne qui se penche légèrement vers le prêtre. Dans l’Ancien Testament, celui qui se met dans une attitude de pénitence se met des cendres sur la tête. C’est d’ailleurs de cette façon que le Pape donne et reçoit les cendres au Vatican», explique à Cathobel Tommy Scholtes, porte-parole de la Conférence épiscopale belge.

Proposer des liturgies de la parole

En ce qui concerne la présence des fidèles, selon les dispositions du gouvernement belge, leur limite est toujours fixée à 15 personnes. C'est pourquoi les évêques belges encouragent toutes les paroisses à ouvrir leurs portes et à célébrer les liturgies dans le plus grand nombre d'endroits possible, avec ou sans messe, afin de permettre à un plus grand nombre de fidèles de participer à davantage de célébrations. Ainsi, 2 à 3 célébrations à 15 personnes pourront se succéder pour accueillir un maximum de fidèles. « Les évêques recommandent que l’on fasse des célébrations pour 15 personnes qui soient des liturgies de la parole, pas nécessairement des messes. Ainsi, l’entrée en Carême sera vraiment proposée à un maximum de gens. Il est important de faire tous ensemble la démarche d’entrée en Carême», souligne encore Tommy Scholtes.

Il est en effet important de faire l'entrée en Carême ensemble pour souligner sa dimension communautaire, ajoute-t-il. Pour ceux qui ne peuvent physiquement assister au rite des Cendres, il sera toujours possible de le suivre à la radio ou à la télévision sur les chaînes catholiques RCF et KTO TV.

14 février 2021, 15:18