Recherche

Vatican News
Ordinations à Incheon, en Corée du Sud, le 10 janvier 2020. Ordinations à Incheon, en Corée du Sud, le 10 janvier 2020.  (ANSA)

Une Année jubilaire pour célébrer la foi des Coréens

Les célébrations ont commencé cette semaine pour le 200e anniversaire de la naissance de saint André Kim, premier prêtre catholique de Corée du Sud, et martyr en 1846. L'évêque de Daejeon explique l'importance du Jubilé pour la péninsule coréenne, pour l'Église et pour les jeunes en particulier.

Gabriella Ceraso - Cité du Vatican

Le dimanche 29 novembre ont débuté les célébrations du Jubilé organisées par l'Église en Corée du Sud à l’occasion du bicentenaire de la naissance d'André Kim (1821-1846), premier prêtre catholique coréen, décapité à Séoul le 16 septembre 1846 lors de la vague de persécution lancée par la dynastie Joseon. Il est l'un des 103 martyrs coréens canonisés le 6 mai 1984 par saint Jean-Paul II lors de sa visite au "pays du matin calme".

Guide et symbole de la foi vécue dans la charité et la fraternité, Saint-André Kim inspirera cette année de grâce qui se terminera le 27 novembre 2021 (dernier jour du calendrier liturgique), explique l'évêque de Daejeon, Mgr Lazare You Heung-sik, responsable de l'organisation du Jubilé.

«Le bicentenaire de la naissance de saint André Kim est une occasion propice à la croissance spirituelle de l'Église en Corée. Dans la famille où il est né et en 4 générations, 11 membres ont versé leur sang pour le Seigneur, et parmi ces 5, il y a des béatifiés et d'autres déjà canonisés. Par conséquent, ce Jubilé nous donnera à tous l'occasion d'intérioriser la spiritualité du martyre, qui est le moteur de l'Église en Corée, en méditant profondément sur la vie des martyrs.

Y aura-t-il un fil conducteur, un mot clé de votre Jubilé?

Dans une des lettres écrites en prison par saint André Kim, nous lisons un dialogue entre le saint et un fonctionnaire qui l'a interrogé en lui disant: «Es-tu catholique?» et il a répondu: «Oui, je suis catholique» et il a dû sacrifier sa vie pour cela. Pour nos martyrs, la foi était la valeur la plus importante. La Conférence épiscopale coréenne, en préparant cette année de grâce spéciale, a voulu prendre en considération précisément la question de ce fonctionnaire, comme un avertissement fort à nous tous, chrétiens, aujourd'hui. Dans la société coréenne, seulement 11 % de la population est catholique, alors que plus de la moitié se déclare "sans religion". La question nous invite alors à réfléchir sérieusement à notre identité et à notre cohérence en tant que "croyants catholiques".

Le Jubilé tombe dans la période difficile de la pandémie qui limite les espaces, les mouvements, les échanges. Comment avez-vous pensé à concilier cela avec vos projets?

Je crois qu'il est providentiel de célébrer le Jubilé dans la situation actuelle de crise sanitaire mondiale, parce que les exemples des saints martyrs nous encouragent à relativiser les valeurs éphémères qui nous étouffent et à vivre au contraire en toute droiture le commandement de l'amour: la foi en Dieu et la proximité avec notre frère. Le peuple de Dieu à Daejeon comprend bien que la vraie foi nous conduit à ouvrir nos cœurs et à faire l'expérience de la compassion, en nous offrant avec amour. Les vrais chrétiens ne s'épargnent pas en charité et non en paroles mais en actes.

Concrètement, la communauté diocésaine a lancé un programme d'aide humanitaire, "l'envoi du vaccin anti-Covid-19", pour soutenir nos frères en Corée du Nord. Malheureusement, notre programme a été modifié, mais nous avons introduit quelques programmes en ligne pour promouvoir la spiritualité de saint André Kim, même si nous sommes conscients que ces nouvelles formes de proximité n'ont pas le même effet que les rencontres directes. L'Église fait face avec inquiétude aux défis qui se font jour de plus en plus dans la société coréenne, luttant contre l'individualisme, le matérialisme et la concurrence; ce sont les nouvelles formes de vie que nos jeunes adoptent, perdant le sens de la foi et s'éloignant des valeurs propres à notre culture.

Saint André est le premier prêtre coréen et martyr du pays: que représente-t-il pour votre Église et qu'enseigne-t-il à vos prêtres?

En préparant le Jubilé, j'ai toujours prié et souhaité que cet événement ecclésial devienne le temps de la conversion évangélique, spirituelle et pastorale des prêtres coréens qui, à mon humble avis, ont besoin de redécouvrir leur passion pour l'évangélisation. Je suis désolé de constater l'impact négatif du cléricalisme qui s'est installé dans l'Église en Corée, si l'on considère que si nous sommes ici aujourd'hui, nous le devons précisément à la foi et aux activités des fidèles laïcs.

Malheureusement, force est de constater que le matérialisme et la sécularisation n'ont pas épargné nos prêtres. Comme nous l'a dit le Saint-Père lors de l'homélie donnée pendant le Consistoire, «le chemin de Jésus et celui du monde sont inconciliables». Je prie pour que, par la grâce de cette année jubilaire et la protection de saint André Kim, les prêtres coréens trouvent la joie de marcher sur le chemin du Christ, de vivre une vie plus cohérente, pauvre en mondanités et riche en valeurs évangéliques.

L'Unesco, lors de sa 40e Conférence générale, a accordé la reconnaissance du patronage aux célébrations de la naissance de saint André Kim pour 2021. Quelle est l'importance de cette reconnaissance?

L'Unesco a accordé le patronage des événements célébrant le bicentenaire de la naissance de saint André Kim pour 2021, parce qu'elle a reconnu le grand héritage humain et culturel que notre saint a laissé, un héritage que j'ose dire non seulement pour l'église en Corée, mais aussi pour le monde. Saint André Kim était un défenseur infatigable des droits de l'homme, il a enseigné que tous les peuples sont des fils et des filles précieux de Dieu, tant ceux qui appartenaient aux classes sociales supérieures que ceux qui appartenaient aux classes inférieures dans le système de castes de l'époque. Pour une société dans laquelle le néoconfucianisme régnait de manière dictatoriale, cet enseignement était perçu comme une révolution sociale par les Coréens. Ainsi, saint André Kim a été l'un des principaux introducteurs de la valeur universelle de l'humanité chez les Coréens.

Aujourd'hui, on dit que nous jouissons tous des mêmes droits garantis par la Constitution et les lois de l'État. Mais on constate avec regret que tous les Coréens n'ont pas intérêt à vivre véritablement dans une société stable et réconciliée, en harmonie les uns avec les autres. Comme on le sait, la péninsule coréenne est divisée depuis 70 ans maintenant et la zone démilitarisée (DMZ) reste ironiquement la zone la plus militarisée au monde.

Le fossé entre les riches et les pauvres, l'incompréhension entre les générations, l'esprit de clocher, la polarisation en politique, la lutte pour l'égalité des sexes, sont des phénomènes inquiétants qui se répandent de jour en jour. Les jeunes qui ne veulent pas se marier, la dénatalité et la marginalisation sociale sont les nouvelles frontières de notre nation. En tant qu'Église, nous avons le devoir de nous demander quelle est notre mission aujourd'hui, comment faire face aux maux énumérés ci-dessus qui changent maintenant la vie des nouvelles générations.

Par conséquent, je dirais que les valeurs humaines et spirituelles dont saint André Kim était le prophète et le défenseur dans les temps difficiles de la Corée doivent être récupérées et surtout re-proposées, si nous voulons vraiment promouvoir la véritable prospérité du peuple coréen aujourd'hui et pour l'avenir.

Le Jubilé a commencé alors que l'année consacrée à la prière pour la paix en Corée s'achevait. Que nous disent saint André Kim et ses compagnons martyrs sur le thème de la "fraternité"?

Les martyrs coréens ont vécu l'amour fraternel dont les Actes des Apôtres nous parlent, comme le souligne également la récente encyclique du Pape François Fratelli tutti. Pendant la violente persécution, ils ont vécu dans la pauvreté absolue, mais ils n'ont pas manqué de partager le peu qu'ils avaient pour le bien des autres. Par conséquent, le peu dont ils disposaient pour survivre ne manquait à personne. Les martyrs ont donc été les premiers à donner l'exemple en croyant que le véritable amour fraternel n'est pas basé sur la richesse matérielle, mais qu'il trouve ses racines dans un cœur ouvert au partage de tout ce que l'on possède avec les autres.

Cette attitude chrétienne nous suggère l'esprit dans lequel nous devrions aider nos frères en Corée du Nord; cependant, certains Coréens ne sont pas d'accord avec la proposition d'aider nos voisins du Nord, estimant qu'il est plutôt utile de recourir à la force pour les mettre à genoux afin de rétablir la paix dans la péninsule. Au-delà de cette attitude plutôt humaine, je suis convaincu que les disciples de Jésus sont ceux qui croient davantage au pouvoir de l'amour qu'à celui de la force. Bien sûr, il ne faut pas négliger la prudence dans les démarches à entreprendre; mais si nous disons que nous ne pouvons les aider que si certaines conditions sont remplies, nous perdrons l'occasion de mettre l'amour en pratique.

Y a-t-il un souhait que vous aimeriez faire pour cette année jubilaire pour toute la Péninsule ?

Après la guerre de Corée (1950-1953), la Corée du Sud était l'un des pays les plus pauvres du monde, mais elle figure aujourd'hui parmi les dix puissances économiques les plus établies dans le monde. Malgré tout, la péninsule coréenne est toujours divisée, restant l'objet d'une compétition géopolitique internationale. La blessure grave causée par la guerre froide, considérée comme terminée par une partie du monde, est encore ouverte pour nous.

Le point d'appui de la règle de Saint Benoît, "Ora et labora", nous vient à l'esprit ; pour obtenir de bons résultats, nous devons d'abord demander la grâce divine, en priant. Face aux incertitudes constantes que l'homme vit inlassablement, notre seule tâche est d'accroître la prière en faisant confiance à Dieu le Père, qui sait parfaitement ce dont ses enfants ont besoin. En tant qu'évêque, mon souhait le plus profond est que la grâce de ce Jubilé spécial descende en abondance sur le peuple coréen, afin qu'il puisse puiser la force de réaliser ce que le Seigneur a exprimé: "Il y a plus de joie à donner qu'à recevoir!" (Actes 20:35). Enfin, notre engagement sera d'accueillir et de donner suite aux paroles éloquentes que François nous a adressé dans son message pour cette occasion propice: "Que cet héritage exceptionnel des martyrs coréens inspire tout le peuple de Dieu à travailler pour la diffusion de l'Evangile et l'extension de son Royaume de sainteté, de justice et de paix. De cette manière, l'Église en Corée deviendra toujours plus pleinement une maison aux portes ouvertes, accompagnant la vie, soutenant l'espoir, construisant des ponts et semant les graines de l'unité et de la réconciliation."»

07 décembre 2020, 17:26