Recherche

Vatican News
Des fidèles prient dans une rue de Lima à l'occasion d'une fête religieuse, en octobre 2020 Des fidèles prient dans une rue de Lima à l'occasion d'une fête religieuse, en octobre 2020  (AFP or licensors)

Les églises du Pérou rouvriront leurs portes le 2 novembre

Le mois de novembre marquera une reprise progressive de la vie liturgique et sacramentelle dans ce pays andin durement frappé par la pandémie depuis le mois de mars.

Dans un récent message cité par l’agence Fides, les évêques du Pérou font part de «l'ouverture progressive des églises pour revenir peu à peu à la vie liturgique et sacramentelle normale» en novembre. Après 7 mois de fermeture, ils rappellent également aux autorités nationales qu'elles «doivent comprendre que l'Eucharistie, même le dimanche, ne peut être cataloguée comme une simple réunion, ni comparée à d'autres activités sociales, commerciales ou récréatives».

«En réalité, tous les sacrements, comme les autres actes de liturgie et de piété, font partie du culte et de la liberté religieuse, un droit humain fondamental protégé par l'article 2 de la Constitution politique de notre nation (…). Il ne serait donc pas raisonnable de lui imposer des restrictions ou d’imposer des exigences plus grandes que celles demandées aux autres activités mentionnées ci-dessus» souligne la déclaration de la Conférence épiscopale.

Une Église sur le terrain aux côtés des malades

Les évêques s’expriment suite au récent décret autorisant la réouverture des églises à partir du 2 novembre. Celles-ci ne pourront toutefois accueillir qu'un tiers des fidèles, avec des protocoles de sécurité stricts. «Chaque évêque a le pouvoir, dans son Église particulière, de déterminer à partir du 2 novembre prochain (…) le début de la célébration quotidienne et dominicale de la Sainte Messe et des autres sacrements, en assurant, outre le respect des normes liturgiques, l'observance fidèle du “Protocole pour les activités religieuses de l'Église catholique en temps de pandémie" approuvé par la Conférence épiscopale péruvienne”».

Enfin, l’épiscopat souligne que «s'il est une institution qui se préoccupe toujours et en tout temps du bien intégral de la personne humaine, c'est bien l'Église catholique. Elle a ainsi été témoin de l'ensemble de cette pandémie avec son action efficace et sa prise en charge spirituelle des personnes infectées et de leurs familles, multipliant les œuvres de charité, l'assistance sociale, et la distribution d'oxygène médicinal surtout aux plus faibles».

Deuxième pays le plus touché par le Covid-19 en Amérique latine après le Brésil, le Pérou compte aussi parmi les pays enregistrant le plus grand nombre de décès par habitant. Au 30 octobre, environ 900 000 personnes ont déjà été infectées depuis le début de la pandémie, sur 32 millions d’habitants, et plus de 34 300 sont décédés. L’état d’urgence a été prolongé jusqu’au 30 novembre dans le pays andin. 

30 octobre 2020, 11:20