Recherche

Vatican News
Une distribution de nourriture en Pologne réalisée par Caritas, le 12 avril 2020. Une distribution de nourriture en Pologne réalisée par Caritas, le 12 avril 2020.  (ANSA)

Caritas appelle à placer «la personne humaine au-dessus de tout intérêt»

A l’occasion de la Journée internationale de la paix qui se tient ce lundi 21 septembre, Caritas Internationalis lance un appel pour «Mettre fin à la guerre et à la violence dans le monde entier, et en particulier au Moyen-Orient» et «promouvoir le dialogue afin de trouver une solution politique à tous les conflits».

Dans son communiqué, l'organisation catholique appelle également à la levée des sanctions économiques contre la Syrie, qui estime-t-elle, ne contribuent pas à promouvoir la paix, mais exacerbent le conflit et sont préjudiciables à la paix. Caritas réclame également une promotion de «la paix dans les zones de conflit et à veiller à ce que l'aide internationale au développement accorde une attention particulière à la construction de la paix et à la réconciliation au niveau local, à la promotion de la paix et de l'harmonie dans les communautés locales», et ce en créant des possibilités d'éducation et d'emploi, notamment pour les jeunes qui risquent d'être recrutés par des groupes armés et des milices. Caritas Internationalis appelle à «soutenir l'engagement des chefs religieux et des communautés religieuses dans la promotion du dialogue interreligieux».

«La mémoire du passé doit nous pousser à la conversion et à aspirer à un monde où la paix et l'harmonie peuvent contribuer au développement humain intégral», affirme le communiqué partagé le 18 septembre. L'organisation internationale souligne qu'«aujourd'hui encore, il y a des millions de personnes qui ne peuvent pas vivre dans la dignité à cause des guerres et de la violence», «qui meurent à cause des conflits et de la violence, dont les causes se trouvent dans l'égoïsme, la cupidité, la corruption, la discrimination religieuse et ethnique et l'exploitation illégale des ressources naturelles». 

La paix est une culture qui doit être cultivée 

Rappelant les paroles du Pape François qui a souligné que «toute guerre se révèle être un fratricide qui détruit le projet même de fraternité, inscrit dans la vocation de la famille humaine», Caritas Internationalis précise ensuite que la paix est «une culture qui doit être cultivée, partagée et vécue à tous les niveaux de la société». Pour cette raison, poursuit le communiqué, «Caritas s'engage à promouvoir la paix par la construction de communautés locales qui vivent leur fraternité par le dialogue et le partage» et «s'inspire aussi profondément de l'encyclique Populorum Progressio, dans laquelle Paul VI affirme que "le développement est le nouveau nom de la paix"».

Caritas Internationalis ajoute ensuite qu'«à l'heure où Covid-19 nous a révélé à tous la fragilité de l'existence humaine et a uni l'ensemble de l'humanité dans la lutte contre la propagation du virus, nous devons lutter contre toutes les formes de division et de haine et - comme l'a dit à plusieurs reprises le Pape François - agir contre "la méfiance et la peur qui affaiblissent les relations et augmentent le risque de violence"». L'organisation catholique considère comme une priorité l'aspiration de chaque personne à la paix et à l'harmonie et à vouloir vivre sa vie dans la dignité, c'est pourquoi elle met en place dans le monde entier des programmes visant à promouvoir la paix, l'harmonie et la réconciliation.

«Dans les États de Kachin et du nord de Shan, Caritas Myanmar, en collaboration avec l'Église locale, mène un programme de paix pour les personnes déplacées et les communautés touchées par le conflit», indique ainsi le communiqué, en présentant plusieurs exemples concrets. À Mindanao, aux Philippines, Caritas et l'Église locale travaillent à trouver une solution pacifique dans une région où règne la violence. «Au Pakistan, Caritas et l'Église promeuvent la paix et l'harmonie entre les communautés par le biais de petits projets de développement. En République centrafricaine, l'archevêque de Bangui, avec l'imam et le chef de l'Église protestante nationale, est à l'avant-garde de la promotion de la paix et de la réconciliation. En Colombie, Caritas renforce les processus de développement pour une transformation non violente des conflits par la participation et l'autonomisation des communautés locales».

20 septembre 2020, 11:44