Recherche

Vatican News
Devant une église de la ville d'Antigua Guatemala, au Guatemala, le 6 septembre 2020 Devant une église de la ville d'Antigua Guatemala, au Guatemala, le 6 septembre 2020  (AFP or licensors)

Guatemala: l’amer bilan de l’épiscopat pour les 199 ans de l'ndépendance

À l'occasion du 199e anniversaire de l'indépendance du Guatemala, l'épiscopat de ce pays d’Amérique centrale dresse un sombre tableau de la situation actuelle, même si les motifs d’espérer ne sont pas totalement absents de cette nation éprouvée par la violence et la pauvreté. Une invitation à préserver la liberté et la justice est lancée dans ce message intitulé “Vous avez été appelés à la liberté” (Ga 5, 13) daté du 8 septembre dernier.

«Nous devons reconnaître en toute honnêteté et vérité que l'idéal de liberté si énergiquement proposé par l'élite créole et même tant désiré à l'époque par les majorités centraméricaines, n'a pas porté les fruits que nous aurions souhaités aujourd'hui». C'est par ce constat que s’ouvre le message de la Conférence épiscopale guatémaltèque (CEG) rédigé à l’occasion du 199e anniversaire de l'indépendance, qui sera célébré le 15 septembre prochain. Dans leur évaluation des aspirations qui ont conduit à la conquête de la liberté face à la couronne espagnole, les évêques estiment que celles-ci ont été aujourd'hui trahies par une situation économique, politique et sociale difficile et aggravée par la pandémie de Covid-19.

De multiples maux et une liberté «inachevée»

«En observant sereinement notre environnement social, politique et économique, nous trouvons: une situation chronique de pauvreté et de misère pour des millions de Guatémaltèques, le manque d'accès aux services de santé de base, à un logement décent, au travail, à un salaire équitable, à une éducation formelle de qualité, la négligence du monde agricole, l'absence d'une réforme globale et complète dans l'utilisation et la propriété des terres génératrices de développement, l'affaiblissement et le discrédit des institutions représentées par l'État, la violence et la corruption», énumère la CEG.

Pour les évêques, il s'agit de «maux anciens» qui n'ont jamais été résolus et qui exigent aujourd'hui des solutions urgentes. Ces solutions, expliquent-ils, ne peuvent être trouvées que dans le respect de la dignité des Guatémaltèques et de leurs droits, notamment celui à une véritable démocratie qui favorise et promeuve le bien commun.

«Notre liberté reste une tâche inachevée. Nous ne devons pas oublier que la liberté se construit sous la conduite de la loi morale, avec la pratique de principes éthiques et dans le respect de la loi naturelle inscrite dans la nature humaine», écrivent les prélats.

À cette situation «triste et douloureuse» s'ajoute la crise sanitaire actuelle, qui a rendu encore plus évidentes l'injustice sociale, l'inégalité et la marginalisation, mais qui, de l'avis des évêques, peut aussi être l'occasion de tirer des leçons: «Si nous voulons célébrer notre liberté avec dignité, nous ne pouvons pas passer à côté de nos frères qui étaient déjà dans le caniveau de la vie ou qui y ont été jetés par cette récente crise».

Pour un système judiciaire «impartial»

Est ensuite évoqué le thème de la solidarité, consistant à voir le visage de Jésus-Christ dans nos frères et sœurs qui souffrent. Cette solidarité «ne reste pas dans l'aumône»: elle exige une action qui transforme l'ordre social, c'est-à-dire qui crée des possibilités de participation et d'inclusion, avec des lois fondées sur le droit et un système judiciaire «impartial» agissant avec promptitude et rectitude. Il est également nécessaire de créer des opportunités pour la santé et l'éducation avec des politiques publiques visant le bien commun, souligne l’épiscopat guatémaltèque. Celui-ci dénonce aussi les projets de solidarité détournés par de la corruption au cours de ces derniers mois.

Par ailleurs, aux yeux des évêques, les limites imposées à la prévention de la contagion, bien que nécessaires et prudentes, ont été dramatiques pour le peuple guatémaltèque qui n'a pas pu célébrer et exprimer sa foi publiquement.

Enfin, la CEG invite à célébrer l'indépendance et la liberté, comme un cadeau et comme un devoir, et même si aucun acte extérieur n'est accompli, ce sera un moment de réflexion pour toute la nation, où subsistent des raisons d’espérer. «Notre plus grande richesse est notre peuple, concluent les évêques, avec sa diversité ethnique et linguistique, avec la valeur inestimable de ses traditions, religieuses et populaires, avec un esprit de combat qui surmonte l'adversité, avec une population majoritairement jeune qui, avec ses illusions et ses rêves, est l'espoir de se forger un avenir meilleur».

Vatican News Service - ATD 

11 septembre 2020, 16:23