Recherche

Vatican News
Photo d'illustration. Photo d'illustration.  

Royaume-Uni : des femmes catholiques sensibilisent aux violences domestiques

«Chaque chrétien est responsable de la sécurité de son voisin» rappelle la conférence épiscopale d’Angleterre et du Pays de Galles qui appuie la publication d’une brochure écrite par des femmes catholiques pour briser le tabou de la violence conjugale, «un péché et une violation de l’essence même du mariage»

Vatican News

Qu'est-ce que la violence domestique ? Quelles sont les statistiques à ce sujet ? Qu’en dit l'Église et que peut-on faire pour la combattre ? Ces questions et d'autres encore trouvent leur réponse dans la brochure produite par le Conseil national des femmes catholiques du Royaume-Uni (NBCW).

Intitulée «Sensibilisation à la violence domestique», ce document de 30 pages se concentre sur la violence domestique à l’encontre des femmes, des enfants, des jeunes, des personnes âgées et des minorités ethniques.

Avec cette initiative, la NBCW souhaite que les responsables ecclésiastiques comprennent davantage les effets dévastateurs des abus et de la violence domestique, explique la présidente du conseil Margaret Clark, mais il s’agit également d’aider les victimes à obtenir le soutien dont elles ont besoin grâce à une pastorale adaptée dans les paroisses, à des organisations et des particuliers. «Nous pensons qu’une plus grande sensibilisation au problème est le moyen le plus efficace pour les catholiques d'aider les victimes de violence domestique» écrit Margaret Clark dans la préface de la brochure.

L’opuscule offre des ressources utiles pour les victimes de faits de violence, ainsi que des éléments de réflexion sur la doctrine de l'Église.

La violence domestique est un crime qui ne peut être caché

Le mariage et les relations familiales sont basés sur «l'amour, la confiance, le respect et le soutien mutuel entre tous ses membres, rappelle le document. Ainsi, «la violence domestique est un péché et constitue une violation de la nature essentielle du mariage». Les auteurs du texte estiment donc que «l’Église doit continuer à clarifier ce point et à encourager le clergé afin qu’il s'oppose à ceux qui utilisent la Sainte Écriture pour justifier la violence dans leur foyer». Parce qu’il s'agit d'un «crime», poursuivent les femmes de la NBCW, il «ne doit pas être caché à la communauté». L’Église est aujourd’hui appelée à coopérer avec les organisations bénévoles et les autorités civiles qui s’occupent de ce fléau, afin de pouvoir aider au mieux les victimes.

De son côté la conférence épiscopale d'Angleterre et du Pays de Galles a soutenu la publication du texte. Alors que la brutalité a augmenté au sein des foyers avec la crise sanitaire, le père Abbot Hugh Allan qui fut la personne référente pour le NBCW à la Conférence des évêques, estime que «cette brochure est une excellente ressource pour tous». En fait, elle réaffirme que «la sécurité de chaque personne, en tant que créature de Dieu, est la responsabilité de tous les chrétiens».

12 août 2020, 17:57