Recherche

Vatican News
Des jeunes portant une bannière appelant à prier pour le Venezuela la veille de l'ouverture des JMJ de Panama en janvier 2019. Des jeunes portant une bannière appelant à prier pour le Venezuela la veille de l'ouverture des JMJ de Panama en janvier 2019.  (ANSA)

Les évêques du Venezuela mettent en garde contre l’abstention

À quatre mois des élections législatives, les évêques lancent un appel aux dirigeants politiques pour qu’ils proposent des pistes concrètes pour redresser le pays et invitent les citoyens à construire l’avenir du Venezuela, malgré les très nombreux défis à surmonter.

Alors que des élections législatives se tiendront le 6 décembre prochain, la conférence épiscopale du Venezuela met en garde contre toute forme d’abstention ou de désintérêt pour la politique. Les évêques ont lancé un appel dans lequel il est souligné que l'abstention augmentera le fossé politique et social actuel et renforcera le désespoir concernant l'avenir.

Dans leur message, les évêques expliquent ainsi que s'abstenir revient à priver les Vénézuéliens de la possibilité de défendre leurs droits. Malgré les irrégularités, la participation massive de la population au vote est donc nécessaire, poursuivent-ils, «pour surmonter les tentations totalitaires et l'exploitation des citoyens par le gouvernement». Une invitation faite donc aux citoyens de prendre leur destin en main.

L’amour de Dieu et des personnes, seuls instruments de paix

«Les partis et mouvements politiques» doivent quant à eux «mettre de côté leurs intérêts pour promouvoir le bien commun et se mettre au service de tout le peuple vénézuélien» soulignent les prélats qui rappellent être «animés par la foi en Dieu et par l'amour des personnes, seuls instruments qui conduisent à la paix et à la coexistence fraternelle».

Conscients des difficultés que traverse leur pays, les évêques vénézuéliens appellent enfin à des «élections libres, équitables et impartiales» et souhaitent rappeler à la communauté internationale la souffrance de la population due à la crise économique, politique et sociale, une crise encore aggravée par la pandémie de Covid-19 qui a entraîné l'effondrement du système de santé et des services publics.

 

12 août 2020, 12:39