Recherche

Vatican News
Les principaux responsables de l'épiscopat du Kenya. Les principaux responsables de l'épiscopat du Kenya. 

L’épiscopat du Kenya salue les 10 ans de la Constitution

La Constitution de ce pays d’Afrique de l’Est a été promulguée en 2010, deux ans et demi après les violences de l’hiver 2007-2008 qui avaient nécessité une transformation institutionnelle.

(VNS) Mgr Anthony Muheria, archevêque de Nyeri au Kenya, a présidé jeudi dans la Basilique de la Sainte Famille à Nairobi, une messe pour le 10e anniversaire de la Constitution kenyane, promulguée le 27 août 2010.

Il a souligné les sept objectifs les plus élevés de cette Loi fondamentale : le bien, l'espace pour la libre initiative individuelle, l'harmonie et la paix, la prospérité et le développement humain, le respect du sacré et la défense des faibles et des vulnérables dans la société.  La Constitution «devrait nous permettre de sortir de l'esclavage de nos intérêts individuels, de nous libérer des mauvaises tendances et des maux sociaux tels que le tribalisme, la corruption, le népotisme et la discrimination», a déclaré Mgr Muheria, cité par l'agence Aciafrica

«Pour créer une véritable société fraternelle et juste, nous devons encore l'appliquer et lui donner un sens divin», a ajouté le prélat. Une Constitution qui ne permettrait pas de développer la dimension spirituelle du citoyen serait en effet bancale. Par conséquent, remercier Dieu pour la Constitution implique «de toujours tenir compte de Sa Seigneurie lorsque nous interprétons notre vie nationale, dans le but d'améliorer la personne humaine, ses droits, sa capacité à s'associer en harmonie et son essence, tant physique que spirituelle».

Continuer à mettre en œuvre la Constitution

Cette intervention de l'archevêque de Nyeri intervient alors que le pays envisage d’amender la Constitution de 2010, une hypothèse également défendue par le président Uhuru Kenyatta. À cet égard, le président de la Conférence épiscopale kenyane (KCCB), Mgr Philip Anyolo, qui est intervenu lors de la célébration pour donner sa bénédiction à la Constitution, a souligné que dans son imperfection, comme toute chose humaine, elle contient plusieurs aspects positifs. D'où l'invitation adressée aux responsables politiques, civils et religieux, aux chrétiens et à tous les Kenyans à contribuer à sa mise en œuvre et à son application.

Le Kenya avait été visité par le Pape François dans le cadre de sa tournée africaine de 2015. Il avait notamment invité la jeunesse du pays à rejeter le tribalisme et à mettre l’appartenance nationale au-dessus de l’identité ethnique.

Vatican News Service - LZ

28 août 2020, 17:48