Vatican News
Dans une rue de Mexico, le 1er juillet 2020 Dans une rue de Mexico, le 1er juillet 2020  (AFP or licensors)

Expansion de la pandémie au Mexique: un missionnaire italien témoigne

Le père Maraschi, missionnaire du PIME (Institut Pontifical des Missions Étrangères), explique depuis Mexico que le pic de l’épidémie de Covid-19 n'a pas encore été atteint au Mexique. En attendant, la pandémie aggrave les fragilités économiques et sociales endémiques du pays, tandis que la fermeture de la frontière avec les États-Unis a des répercussions sur les migrations.

Fabio Colagrande - Cité du Vatican

La situation de la pandémie au Mexique s'aggrave d'heure en heure. Ces derniers jours, plus de 200 000 personnes ont été infectées et plus de 28 000 sont déjà décédées. Ce pays d'Amérique centrale est actuellement le septième au monde avec le plus grand nombre de morts causés par le coronavirus. Bien que les conditions sanitaires ne s'améliorent pas, le président Andrés Manuel López Obrador a annoncé ces derniers jours que les mesures restrictives à Mexico seront progressivement abolies. La moitié des cas apparaissent dans la région de la capitale, tandis que dans les zones rurales, la population est peu informée et les malades sont obligés de faire de longs trajets pour se rendre à l'hôpital. Confirmant aux micros de Radio Vaticana Italia que la pandémie dans le pays est toujours en phase d'expansion, le père Alessandro Maraschi, missionnaire du PIME (Institut pontifical pour les missions étrangères) depuis octobre dernier à Mexico à la maison des Missionnaires de Guadalupe, témoigne:

Lorsque, fin février, il y a eu la première contagion ici au Mexique, il n'y a pas eu d'explosion dans un endroit précis, comme cela s'est produit à New York ou dans certaines villes italiennes, mais depuis lors, nous avons eu une augmentation progressive. Les mesures de quarantaine, ou de "distance saine" comme on les appelle ici, sont maintenant en place depuis plus de trois mois, mais en fait nous n'avons même pas encore atteint le pic de contagion : il a été annoncé à de nombreuses reprises, la première fois début mai, mais maintenant que nous sommes début juillet, et la situation continue malheureusement à s’aggraver.

La région de la capitale est-elle encore la plus touchée? Et quelle est la situation dans les zones rurales?

La région de la capitale, ou plutôt la vallée de Mexico, qui comprend la ville de Mexico et l'État de Mexico et qui est constituée d'une ceinture de municipalités très peuplées autour de la capitale, est la plus touchée. Un peu moins de la moitié des cas dans l'ensemble du pays se situent dans cette zone; les raisons de cette situation sont faciles à comprendre puisqu'il s'agit de la zone la plus densément peuplée de tout l'État. La situation dans les zones rurales, en revanche, du point de vue du nombre de contagions, est certainement différente, puisqu'il est question de très grandes zones où vivent peu de gens. Selon l’expérience de missionnaires du PIME, qui sont présents dans l'État de Guerrero, près d'Acapulco, dans une zone de montagne, les éléments de plus grande fragilité sont liés à la désinformation et à la mauvaise protection de la santé, car les hôpitaux les plus proches sont à plus d'une heure de route. Il y a des endroits où l'on constate que les fausses nouvelles, les craintes incontrôlées ou même un peu de méfiance se répandent très efficacement. Des endroits où l'on est même convaincu que le virus n'existe même pas vraiment.

La pandémie frappe à un moment économique et social déjà très difficile pour le pays...

Oui, 2019 s'est terminée par une légère contraction économique, alors que d'un point de vue social, les données sur la violence et l'insécurité ne sont pas prometteuses. Il faut dire aussi que le nouveau gouvernement, qui est entré en fonction fin 2018, a pour le pays tout un plan d'espoir, ouvert sur l'avenir, qui se concentre sur la lutte contre la corruption, la prise en charge des couches les plus fragiles de la population, la lutte contre la violence, symbolisée par le slogan "abrazos y no balazos" et qui signifie "des câlins et non des balles". Lorsque le coronavirus est arrivé, nous avons continué un peu avec ce récit plein d'espoir, mais en fait la pandémie a accéléré les fragilités déjà présentes. Au cours de ces mois, on a en effet constaté l'absence d'un plan économique pour les groupes les plus faibles. Nombreux sont ceux qui avaient un travail informel dont ils ont vu les revenus passer à zéro et qui ne bénéficient d'aucune aide économique de l'État. Mais même dans le secteur de l'emploi formel, comme dans le monde entier, nombreux sont ceux qui ont perdu leur emploi - nous parlons de quelques centaines de milliers de chômeurs - et le secteur des entreprises connaît également un moment assez critique: une polarisation se crée et nous savons déjà que les prochains mois, voire les prochaines années, seront probablement difficiles et que le nombre de personnes en dessous du seuil de pauvreté va certainement augmenter.

D'un point de vue social, les données nous indiquent également que les épisodes de violence n'ont pas diminué. Malheureusement, la guerre entre les groupes du crime organisé n'a pas cessé. Ces derniers jours, en pleine quarantaine, un juge fédéral qui s'était occupé d'affaires de trafic de drogue a été tué avec sa femme. La pandémie s'est donc aggravée et a mis encore plus en évidence les fragilités déjà évidentes d'un point de vue économique et social.

En raison de la pandémie, le Mexique et les États-Unis ont décidé de prolonger la fermeture des 3200 km de la frontière jusqu'au 21 juillet. Quelles sont les conséquences de cette mesure?

La fermeture de la frontière a été confirmée, mais pas pour les activités commerciales. Cela signifie que ceux qui ont un emploi aux États-Unis ou au Mexique pourraient et peuvent continuer à traverser la frontière. Cette règle concerne les nombreux Mexicains qui ont un emploi aux États-Unis et qui rentrent chez eux le soir dans leur pays. Lorsque les États-Unis ont demandé pour la première fois en mars que la frontière soit complètement fermée, c'est le Mexique qui s'y est opposé, car les envois de fonds des travailleurs mexicains aux États-Unis sont l'un des points importants de l'économie nationale. Les conséquences de cette fermeture, qui à mon avis sont plus évidentes aujourd'hui, sont liées à la gestion de l'immigration, qui est une question qui, à ce stade, semble être sortie des agendas et des discours des autorités et qui est également très peu abordée dans les journaux. Il est cependant un fait que lorsque la frontière est fermée et mieux contrôlée, il devient plus difficile de la franchir. En fait, ces derniers temps, on ne voit plus de grandes caravanes traverser la frontière par le sud, mais principalement de petits groupes. Mais là aussi, il existe de grandes fragilités liées à la pandémie: les foyers de migrants à la frontière ces derniers mois ont malheureusement été des lieux où le virus s'est propagé et a frappé fort. Dans ce cas également, les migrants restent parmi les personnes les plus fragiles et les plus exposées de la population.

Quel est le rôle de l'Église en ce moment, comment soutient-elle la population?

À partir du moment où elle a suspendu les activités publiques et la célébration des sacrements en présence de fidèles, l'Église s'est organisée de façon assez généralisée, au niveau paroissial ou diocésain, avec des centres de distribution alimentaire ou d'autres structures déjà présentes pour la collecte notamment des produits de première nécessité puis leur distribution. Ici à Mexico, par exemple, dans le domaine des hôpitaux, de nombreuses paroisses ont préparé et continuent de préparer des repas pour les proches des malades. Un autre service simple, mais utile et concret, qui est rendu est celui de l'accompagnement des personnes du point de vue spirituel mais aussi du point de vue humain. En ce moment, nombreux sont ceux qui appellent ou écrivent pour demander des prières ou pour discuter. Des personnes qui suivent peut-être les messes ou la catéchèse en ligne. Ces contacts par le biais de médias tels que le téléphone et internet ont beaucoup augmenté. Il n'y a pas de réponses particulières mais souvent seulement un service d'empathie, pour rester proche des gens, même à distance. La situation concernant les célébrations ici au Mexique est un peu différente d'un État à l'autre. Ici, dans la région de Mexico, après trois mois de suspension des messes avec le peuple, nous constatons également chez les prêtres un grand manque de vie communautaire. Pour le moment, c'est certainement le choix le plus sage pour arrêter la contagion, mais nous ressentons une forte nostalgie et il y a l'espoir de pouvoir bientôt retourner à la vie communautaire.

02 juillet 2020, 12:12