Recherche

Vatican News
Parabole de la graine de moutarde et celle du levain Parabole de la graine de moutarde et celle du levain 

Méditation du 16ème dimanche ordinaire : « Faire le bien sans relâche »

Le Père jésuite Rigobert Kyungu nous introduit à la méditation avec les lectures du 16ème dimanche du temps ordinaire de l’année liturgique A. 16ème dimanche ordinaire - A

Frères et sœurs, nous célébrons aujourd’hui le 16ème dimanche ordinaire de l’année liturgique A. La première lecture est tirée du livre de la Sagesse (Sg 12, 13.16-19). La deuxième lecture provient de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains (Rm 8, 26-27). Nous lirons l’évangile selon saint Mathieu au chapitre 13, 24-43. Ces lectures nous invitent à faire le bien sans relâche pour construire le royaume de Dieu.

Dans la première lecture, l’auteur du livre de la Sagesse nous montre que Dieu qui est Tout puissant n’exerce pas sa force pour faire du mal aux hommes. Au contraire, il dispose de sa force avec indulgence et nous gouverne avec beaucoup de ménagement. Par son exemple, dit l’écrivain biblique, Dieu enseigne aux hommes que le juste doit être humain.

Dans l’évangile, Jésus raconte trois paraboles sur le royaume des cieux, avec comme point culminant la parabole du bon grain et de l’ivraie. Expliquant cette parabole aux disciples, il affirme clairement que l’ivraie représente les fils du Mauvais, càd ceux qui se laissent utiliser par le diable pour nuire aux autres et ainsi, combattre le royaume de Dieu. Mais la parabole montre qu’au bout du compte, le diable sort toujours perdant, car à la fin des temps, les anges enlèveront du royaume toutes les causes de chute et ceux qui font le mal, pour les jeter dans la fournaise. Si le Maître du champ attend le temps de la moisson pour enlever l’ivraie, c’est pour bien distinguer le blé de l’ivraie. Cela traduit aussi la patience de Dieu qui attend toujours la conversion des pécheurs en leur donnant tout le temps nécessaire. Il nous revient de saisir chaque opportunité qu’il nous offre pour nous repentir car le temps ne nous appartient pas et demain pourrait être trop tard.

Il y a des hommes qui en ce monde se comportent comme s’ils étaient des dieux et comme s’ils ne mourraient pas un jour. Ils maltraitent les autres en commettant des injustices à leur égard. Puissent-ils être interpellés par la parole d’aujourd’hui. Quant à ceux qui s’efforcent d’être juste, la parabole nous apprend qu’ils doivent persévérer car le Seigneur note leurs bonnes actions et les récompensera. En effet, le destin des justes est de jouir dans le royaume en resplendissant comme le soleil dans le royaume de leur Père.

La parabole de la graine de moutarde et celle du levain enfoui dans la farine révèlent que toute bonne action, si petite soit-elle, est digne d’être accomplie car elle contribue vraiment à la construction du royaume de Dieu qui est une réalité inéluctable.

Afin de persévérer dans l’accomplissement du bien comme fils du royaume, nous avons besoin de l’aide de l’Esprit Saint. Dans la deuxième lecture saint Paul affirme que c’est l’Esprit qui vient au secours de notre faiblesse même dans la prière, car nous ne savons pas prier comme il faut. Puisse-t-il nous aider à toujours comprendre la volonté de Dieu afin de toujours l’accomplir en toute chose. Prions aussi pour la conversion des méchants afin que le Seigneur touche leurs cœurs pour qu’ils se détournent de leurs mauvais chemins, amen.

18 juillet 2020, 22:02