Recherche

Vatican News
Image d'illustration. Un bus scolaire sur les routes libanaises. Image d'illustration. Un bus scolaire sur les routes libanaises.  

Création d’un comité de sauvegarde pour les écoles catholiques du Liban

La grave crise sanitaire mais aussi économique et sociale dans laquelle est plongée le Liban a un fort impact sur l’éducation. De nombreuses écoles sont fermées depuis de nombreuses semaines, à commencer par des écoles catholiques. L’Œuvre d’Orient, la fondation Raoul Follereau et l’ONG IECD créent un comité de sauvegarde des écoles libanaises.

Le réseau éducatif libanais est à 70 % non gouvernemental et ne reçoit pas d’aide de l’État. Au cœur de ce réseau, les centaines d’écoles chrétiennes sont un pilier de l’excellence de l’enseignement libanais. Aux côtés de la fondation Raoul Follereau et de l’ONG IECD (Institut Européen de Coopération et de Développement), l’Œuvre d’Orient lance un comité de sauvegarde des écoles libanaises.

L’objectif de ce comité, selon l’Œuvre d’Orient, conduire une action d’urgence pour maintenir ouvertes les écoles actuellement menacées de fermeture, et ce dès la rentrée de septembre 2020, en raison de la crise économique et politique que traverse le Liban. «En lien avec le secrétariat général de l‘Enseignement catholique en France, cette action de sauvegarde est ouverte à toutes les personnes et associations de bonne volonté en France», peut-on lire sur le communiqué de presse.

Lieux du vivre-ensemble libanais 

«Une école , c’est un lieu de vie sociale, où les gens se retrouvent», explique le directeur général de L’Œuvre d’Orient, Mgr Pascal Gollnisch. Dans ces écoles libanaises sont mélangés filles et garçons, chrétiens, musulmans et orthodoxes, «ce sont des lieux de vie essentiels», détaille Mgr Gollnisch, qui tire la sonnette d’alarme, «nous devons nous battre pour aider ces écoles à ouvrir». 

Mgr Gollnisch s'inquiète pour le futur des écoles catholiques libanaises
10 juillet 2020, 16:11