Recherche

Vatican News
Le navire-hôpital "Pape François" Le navire-hôpital "Pape François"  

Le navire-hôpital "Pape François" se joint à la lutte contre la Covid-19

Le navire-hôpital «Pape François» s'engage à son tour contre le nouveau coronavirus au Brésil. Ce navire longe le fleuve Amazone depuis environ un an pour apporter une aide médicale et sanitaire aux populations côtières et de la forêt amazonienne, soit 700 000 habitants.

Vatican News

C'est une nouvelle étape dans la mission du navire-hôpital nommé en l'honneur du Saint-Père. Dans une interview rapportée sur le site du CELAM (Conseil épiscopal latino-américain), le frère Joel Sousa, membre de la coordination du bateau, souligne que «ce bateau a déjà fait des miracles, apportant santé et espoir à la vie des peuples du fleuve». D'autant plus en période d'urgence sanitaire : «Nous ne pouvions pas éviter la lutte contre la Covid-19», explique le frère Sousa. «Nous nous sommes donc réorganisés spécifiquement pour lutter contre la pandémie», avec «des professionnels de la santé et une assistance médicale spécifique».

L'équipage à bord contribue également à la sensibilisation de la population locale, ainsi qu'au traitement ambulatoire dans un premier temps. «Nous nous occupons principalement des symptômes de la grippe et des cas bénins de Covid-19», ajoute le frère Sousa. «Les médecins effectuent les consultations, tandis que nous nous consacrons à la distribution des médicaments».

En mission depuis un an

Long de 32 mètres, le bateau compte 23 professionnels de la santé à bord et abrite des salles de services médicaux pour les radiographies, les mammographies, les échocardiogrammes et les tests ergométriques, une salle d'opération, un laboratoire d'analyse, une pharmacie, une salle de vaccination, des cabinets médicaux spécialisés en ophtalmologie et en dentisterie, et des lits d'hôpitaux.

Le créateur de l'initiative, avec les religieux de la Fraternité de Saint-François d'Assise dans la Providence de Dieu qui dirigent un hôpital à Rio de Janeiro, est Mgr Bernardo Bahlmann, évêque d'Óbidos dans l'État de Pará, au nord du Brésil. Et c'est d'Óbidos que le navire-hôpital est parti, en juillet 2019. Depuis lors, plus de 46 000 services ont déjà été fournis dans les municipalités situées le long de l'Amazone (Alenquer, Almerim, Belterra, Curuá, Faro, Juruti, Monte Alegre, Óbidos, Oriximiná, Prainha, Santarém et Terra Santa).

Le soutien du Saint-Siège

Le Pape François a également soutenu l'initiative et, grâce à son aumônier, le cardinal Konrad Krajewski, a fait don d'un appareil à ultrasons au bateau. En outre, en août 2019, lorsque le navire a accosté dans le port de Belém, le Souverain Pontife a envoyé aux personnes impliquées dans le projet une lettre dans laquelle il rappelait que l'Église est appelée à «être un “hôpital de campagne”, accueillant tout le monde, sans distinction ni condition», et notait qu'avec cette initiative, l'Église se présente désormais aussi comme un «hôpital sur l'eau». Et ainsi, a-t-il ajouté, «comme Jésus, qui est apparu en marchant sur l'eau, a calmé la tempête et a renforcé la foi des disciples, cette barque apportera un réconfort spirituel et la sérénité aux préoccupations des hommes et des femmes dans le besoin, abandonnés à leur sort».

Le Souverain Pontife avait, lui-même, indirectement suggéré le projet dès 2013, lors de sa visite à l'hôpital de la Fraternité de Saint-François d'Assise dans la Providence de Dieu à Rio de Janeiro, à l'occasion de la Journée mondiale de la jeunesse. Ce jour-là, le 24 juillet 2013, le Pape avait demandé si les religieux étaient également présents en Amazonie, et lorsque le prêtre fondateur, Frère Francisco Belotti, avait répondu par la négative, François lui avait dit : «Alors, vous devez partir».

La construction du bateau a été rendue possible grâce à un accord avec l'État du Pará, qui a alloué au projet l'argent versé par les entreprises Shell Chimica et Basf S.A., en guise d'indemnisation des dommages moraux collectifs subis à la suite d'un accident environnemental qui a fait 60 victimes et causé des dommages considérables.

13 juillet 2020, 15:35