Recherche

Vatican News
Obsèques de Georg Ratzinger, frère aîné du Pape émérite Benoît XVI Obsèques de Georg Ratzinger, frère aîné du Pape émérite Benoît XVI  (ANSA)

Benoît XVI : "Que Dieu te bénisse, cher Georg !”

Le Pape émérite Benoît XVI a suivi en direct du Vatican les funérailles de son frère Georg Ratzinger, décédé le 1er juillet. De cette façon, il était lié à la communauté des célébrants de la cathédrale de Ratisbonne, a souligné l'évêque de Ratisbonne, Rudolf Voderholzer, au début du requiem aujourd'hui.

Vatican News (avec KNA)

Lors du requiem, le secrétaire privé du Pape émérite, l'archevêque Georg Gänswein, a lu une nécrologie écrite par Benoît XVI sur son frère. La lettre est datée du 7 juillet et est adressée à l'évêque Rudolf Voderholzer de Ratisbonne.


«Que Dieu te rende, cher Georg, tout ce que tu as fait, souffert et donné», écrit le pape émérite dans la lettre. L'archevêque Gänswein a dû lutter plusieurs fois pour contenir ses larmes afin de lire le texte. Dans cette lettre, Benoît XVI explique son étonnant voyage à Ratisbonne pour rendre visite à son frère sur son lit de malade le 18 juin. «Ce n'est pas lui qui a demandé que je vienne. Mais j'ai senti qu'il était temps d'aller le voir à nouveau. Pour ce signe intérieur que le Seigneur m'a donné, je lui suis profondément reconnaissant». Lorsqu'ils se sont dit au revoir au matin du 22 juin, juste avant le vol retour vers Rome, tous deux avaient compris «que ce serait un départ de ce monde pour toujours». Mais ils savaient aussi que Dieu «qui nous a donné cette union dans ce monde règne aussi dans l'autre monde et nous donnera une nouvelle union», lit-on dans la lettre.

Le pape émérite a remercié l'évêque de Ratisbonne, Rudolf Voderholzer, pour son engagement «en ces semaines d'adieu». Benoît XVI a également rappelé les circonstances difficiles du changement de rôle de Georg Ratzinger en tant que directeur musical de la cathédrale de Ratisbonne (Kapellmeister). Si sa mère n'était pas morte plus tôt, «il n'aurait pas accepté l'appel» qui lui avait donné «la joie et la douleur en même temps», rappelle Benoît XVI. «L'hostilité et le rejet n'ont pas manqué, surtout au début. Mais en même temps, il est devenu un père pour les jeunes gens qui étaient et sont reconnaissants envers lui en tant qu'étudiants de la chorale de la cathédrale». Georg Ratzinger a dirigé le chœur de garçons - connu sous le nom de "Domspatzen" - de renommée mondiale de 1964 à 1994. Après la messe de requiem, il a été enterré au cimetière catholique inférieur de Ratisbonne.

Au début du Requiem, l'évêque de Ratisbonne, Rudolf Voderholzer, avait de nouveau rappelé la visite surprenante de Benoît à son frère aîné du 18 au 22 juin. «Ce signe d'humanité en a ému plus d'un. Raison de plus pour partager votre douleur», a déclaré Mgr Voderholzer. Le requiem a été transmis sur le site du diocèse depuis la cathédrale de Ratisbonne. Le secrétaire privé de Benoît XVI, l'archevêque Georg Gänswein, et le nonce apostolique en Allemagne, l'archevêque Nikola Eterovic, ont concélébré. L'ancien évêque de Ratisbonne, le cardinal Gerhard Ludwig Müller, le cardinal Reinhard Marx de Munich et l'évêque Gregor Maria Hanke d'Eichstätt y ont également participé. Le service funèbre a été organisé musicalement par une école de 16 anciens élèves de la chorale de la cathédrale.

08 juillet 2020, 15:58