Recherche

Vatican News
Le cardinal Louis Raphael Sako, patriarche de Babylone des Chaldéens. Le cardinal Louis Raphael Sako, patriarche de Babylone des Chaldéens.   (AFP or licensors)

Fête de l'Aïd: le message d'unité du patriarche chaldéen

Comme chaque année à l'occasion de l'Aïd el Adha, la "fête du sacrifice", le cardinal Louis Sako adresse un message de fraternité aux musulmans irakiens. Un message cette année qui intervient dans un contexte difficile pour l'Irak, minée par la crise économique, les tensions communautaires et la crise sanitaire.

Comme il le fait traditionnellement, le cardinal Louis Raphael Sako, patriarche de Babylone des Chaldéens, a adressé un message aux musulmans irakiens, à l'occasion de la "Fête du sacrifice" célébré ce vendredi 31 juillet, l'Aïd al-Adha. S'adressant à ses «frères musulmans bien-aimés», le cardinal leur fait part de sa proximité en cette journée, bien que «célébrée dans des conditions difficiles», en raison de «l'étranglement social des citoyens». D'où l'exhortation à voir dans l'Aïd al-Adha une occasion de «se repentir, de changer, de sacrifier les intérêts partisans pour le bien et la croissance et la dignité nationale» de la population.

La "Fête du sacrifice" - rappelle le patriarche Sako - est une occasion de collaborer «dans un esprit de responsabilité, de coopérer avec le gouvernement actuel et toutes les personnes de bonne volonté, afin de surmonter la pandémie de coronavirus et tout autre défi et de répondre avec enthousiasme aux aspirations des citoyens à de meilleures conditions de vie, ainsi qu'à la sécurité et à la stabilité de l'Irak». 

L'Église continuera à être la voix des citoyens

Ce n'est pas la première fois que le cardinal Sako appelle à l'unité nationale et à la pacification: début juillet, par exemple, en la fête de l'apôtre Saint Thomas, le cardinal avait souligné que «l'Église continuera à être la voix de ses citoyens dans les circonstances difficiles actuelles», et exhortait les chrétiens de toutes les Églises et nationalités à «prier et à unir leurs efforts pour améliorer les conditions de ceux qui restent en Irak, en œuvrant pour le respect de leurs droits, leur représentation, la sécurité et la stabilité».

En effet, ces derniers temps, le pays a connu plusieurs affrontements entre les manifestants et les forces de l'ordre qui ont fait de nombreuses victimes. À l'origine des protestations populaires contre le gouvernement et les autorités, la corruption généralisée, le chômage élevé et les coupures d'électricité. Les manifestations de rue se succèdent par vagues depuis octobre 2019 et avaient conduit à la démission du Premier ministre Adel Abdul Mahdi en mai dernier. 

Vatican News Service –IP

31 juillet 2020, 15:36