Recherche

Vatican News
Manifestations à New-York Manifestations à New-York  (AFP or licensors)

Racisme: pour le cardinal DiNardo, "les mots ne suffisent plus"

Racisme et histoire américaine: reconnaître le problème et le traiter. C’est la considération qui figure au cœur du message vidéo de l’archevêque de Galveston-Houston, diffusée ce mardi, jour des funérailles de George Floyd.

Anna Poce - Cité du Vatican

«Il est clair qu'en Amérique, nous avons une poutre dans l’œil en ce qui concerne le racisme. C'est une réalité difficile mais qui doit être affrontée. Nous ne pouvons pas résoudre un problème tant que nous ne l'avons pas reconnu. Cela nous inclut en tant que membres de l'Église catholique»: c'est le message du cardinal Daniel DiNardo, archevêque de Galveston-Houston, ville natale de George Floyd, diffusé le jour même des funérailles de cet Afro-américain tué lors d'une violente interpellation policière.

En finir avec le silence

«Dans le passé, les dirigeants de l'Église se sont souvent abstenus de parler lorsque des actes de violence raciale ou d'autres injustices étaient commis. Plus maintenant», assène l'archevêque. «Il y a eu de nombreuses fois où l'Église n'a pas réussi à vivre comme le Christ l'a enseigné - à aimer nos frères et sœurs», poursuit Mgr DiNardo, citant la lettre pastorale contre le racisme «Ouvrons nos cœurs» de la Conférence épiscopale américaine, qu’il a d’ailleurs présidée. «Des actes de racisme ont été commis par des dirigeants et des membres de l'Église catholique - évêques, clergé, religieux et laïcs - et de ses institutions. Par conséquent, nous devons tous prendre la responsabilité de corriger les injustices du racisme et de réparer les dommages qu'il a causés».

Depuis 2018, l’USCCB (conférence épiscopale des évêques américains) s’attache à organiser des sessions d’écoute et à fournir du matériel sur cette question aux paroisses et diocèses, les enjoignant à affronter ce mal persistant. Mgr DiNardo a mis le sujet au centre des débats et de l’action pastorale de son archidiocèse.

Nous devons agir, les mots ne suffisent pas

Celui qui s'exalte sera humilié et celui qui se considère supérieur aux autres substitue son jugement à celui du Seigneur, écrit le cardinal, pour qui il s’agit là d’un péché contre Dieu et contre l'humanité auquel il faut mettre fin. Mais les mots ne suffisent pas ; la responsabilité d’agir et de corriger les injustices liées au racisme incombe à tous sans recourir toutefois à la violence, précise le cardinal américain.

«Je ne peux pas respirer»: ces derniers mots de George Floyd, tué lors de son interpellation par la police, ont fait le tour du monde et sont devenus le cri de ralliement des protestations anti-racistes dans le monde entier. «Nous ne pouvons respirer correctement qu’avec l’aide de l’Esprit-Saint et seulement lorsque notre travail sera d’éliminer le péché du racisme dans notre société», a conclu l’archevêque.

10 juin 2020, 15:37