Recherche

Vatican News
Des passants dans les rues d'El Alto, en Bolivie, le 1er juin 2020. Des passants dans les rues d'El Alto, en Bolivie, le 1er juin 2020.  (AFP or licensors)

Caritas Bolivie appelle à protéger les personnes âgées face au coronavirus

Selon les données du ministère bolivien de la santé, 53% des décès dus au Covid-19 sont causés chez les personnes âgées, ce qui montre "la dure réalité d'une population précaire, dans un pays où peu de personnes disposent d’une retraite.

Isabella Piro - Cité du Vatican

Les personnes âgées sont les plus vulnérables et donc les plus exposées à la pandémie de coronavirus. C'est pourquoi une protection accrue est nécessaire pour les protéger. C'est ce que rappelle une note de la Pastorale sociale - Caritas Bolivie, à l'occasion de la Journée de sensibilisation sur la maltraitance des personnes âgées, organisée par l'ONU et qui s'est tenue hier, le 15 juin.

Comme dans tous les pays du monde, et alors que l’Amérique latine est actuellement touchée avec virulence, les personnes âgées sont particulièrement vulnérables au virus. Selon les données du ministère bolivien de la santé, mises à jour en mai dernier, «53% des décès dus au Covid-19 sont causés chez les personnes âgées», qui sont de plus en plus victimes de «stéréotypes, de préjugés et de discrimination». Dans ce pays qui voit l’espérance de vie plafonner à 70 ans, soit environ six ans de moins que l’Argentine voisine et douze ans de moins que la France ou l'Italie, les personnes âgées disposent de peu de protections, si ce n’est le soutien familial.

Accorder une attention spécifique aux anciens

Face à cette situation de «vulnérabilité» dont souffrent les personnes âgées, la Pastorale sociale - Caritas Bolivie demande au gouvernement, à la société civile et aux familles «d'accorder une attention préférentielle et spécifique aux personnes âgées, afin qu'elles puissent elles aussi jouir des mêmes droits que les autres». Par conséquent, les soins médicaux devraient également être fournis à ce groupe de population, sans discrimination fondée sur des facteurs tels que «l'âge ou la capacité de production».

En même temps, la note épiscopale attire l'attention des autorités compétentes sur les difficultés que rencontrent les centres publics d'accueil et de soins aux personnes âgées en cette période de pandémie. D'où l'espoir que «des stratégies et des politiques publiques seront formulées pour mettre fin à la maltraitance des personnes âgées». Cette note, signée par Mgr Cristóbal Bialasik, président de la Pastorale sociale - Cáritas Bolivie, a été diffusée ce lundi 15 juin sur le site Iglesia Viva.

 

16 juin 2020, 17:36