Recherche

Vatican News
Le sanctuaire de Mariazell en Autriche fondé en 1157. Le sanctuaire de Mariazell en Autriche fondé en 1157.  

À Mariazell, les évêques autrichiens en assemblée plénière

Le sanctuaire de Mariazell accueillera comme à l’accoutumée l’assemblée plénière de l’épiscopat d’Autriche, du 15 au 18 juin prochain.

Dans cette ville mariale aux pieds des Alpes de Styrie (Steiermark), les évêques éliront le nouveau président de la conférence épiscopale, après la démission du cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne. Le cardinal Schönborn, âgé de 75 ans, est à la tête de l'épiscopat depuis 22 ans. Pour la dernière fois donc, il inaugurera cette assemblée plénière d'été, après avoir prolongé sa mission de trois mois en raison du confinement.

Les actions durant la pandémie

Au menu de l’assemblée, les évêques autrichiens évoqueront aussi la vie de l’Église durant la pandémie et ses enjeux pour l’après. 

À cet égard, l’Église autrichienne avait déjà créé une commission ad hoc sous la présidence de l'archevêque de Vienne, qui se réunit chaque semaine par vidéoconférence et traite de toutes les questions importantes et urgentes découlant de la crise sanitaire actuelle. Elle comprend également l'archevêque de Salzbourg, Mgr Franz Lackner, et les évêques diocésains de Linz, Mgr Manfred Scheuer et de Graz-Seckau, Mgr Wilhelm Krautwaschl.

Le manifeste d’une normalité renouvelée

Enfin, dans une lettre pastorale intitulée «Pour une normalité spirituellement renouvelée» publiée en vue de la Pentecôte, la Conférence épiscopale autrichienne proposait une «normalité» déclinée selon les sept dons de l'Esprit Saint, et actualisée aux grands défis auxquels le monde est confronté en ces temps difficiles. Ils apportent ainsi une dimension spirituelle à cette phase de «nouvelle normalité», selon la terminologie adoptée par le gouvernement de Vienne.

Les évêques soutiennent ainsi un «esprit de gratitude», contre «le cercle vicieux de l'envie et de la cupidité» qui alimente la peur: cette gratitude doit s’exprimer «envers tous ceux qui ont maintenu l'infrastructure du pays en état de marche pendant ces mois d'urgence et envers les familles et les organisations humanitaires comme Caritas et la Croix-Rouge». Ils exhortent «à ne pas laisser cette précieuse expérience» se perdre dans le marasme des préoccupations urgentes «en la sacrifiant à la colère et à la frustration».

11 juin 2020, 12:24