Recherche

Vatican News
HEALTH-CORONAVIRUS/BRAZIL Photo illustrative 

Méditation du 6ième dimanche de Pâques: « Le Seigneur nous envoie en Samarie »

Le Père jésuite Jean-Paul SAVI nous introduit à la méditation avec les lectures du 6ième dimanche de Pâques

Chers frères et sœurs, nous célébrons aujourd’hui le sixième dimanche de Pâques. Les lectures de ce jour nous invitent à être prêts à rendre compte de l’espérance qui habite en nous. Cette invitation de l’apôtre Pierre dénote une situation de difficulté dans laquelle notre témoignage est requis.

Durant ce temps de Pâques, nous écoutons le récit des débuts de l’expansion de la Bonne Nouvelle. Cette annonce de la Bonne Nouvelle n’a pas été sans difficulté. L’histoire des persécutions contre l’Eglise du Christ a commencé avec la mort du diacre Étienne. Mais, prêts à rendre témoignage de la foi et de l’espérance qui les animaient, les apôtres n’ont pas eu peur de continuer à répandre l’Evangile du Christ. C’est ainsi que le diacre Philippe fut envoyé en Samarie pour y prêcher. Or Samarie était une ville méprisée. Mais l’annonce de la foi et de l’espérance en Jésus avaient suscité une grande joie dans cette ville. En ce jour du Seigneur, que nous inspire l’action missionnaire de Philippe ? Encore aujourd’hui, comme Philippe, le Seigneur nous envoie en Samarie. Mais où se trouve Samarie dans l’histoire de nos vies ? Cette ville de Samarie représente aujourd’hui les lieux ou les personnes que nous redoutons ou que nous méprisons. Samarie est aujourd’hui les événements ou les histoires de nos vies auxquels nous ne voulons plus toucher. En ce dimanche, le Seigneur nous envoie en Samarie pour y annoncer sa Parole. Le Seigneur nous envoie en Samarie pour guérir, libérer et redonner vie et espérance. Le Seigneur nous envoie porter sa Paix et sa Joie.

Par ailleurs, l’annonce de la Parole de Dieu ne suscite pas seulement de la joie. Elle peut susciter aussi de la persécution ; comme nous pouvons le percevoir dans la deuxième lecture. Voilà pourquoi l’apôtre Pierre nous dit : « soyez prêts à tout moment à présenter une défense devant quiconque vous demande de rendre raison de l’espérance qui est en vous » (1P 3, 15). Ces paroles de l’apôtre Pierre étaient adressées aux chrétiens à un moment où certains avaient déjà renié leur foi devant la persécution. En faisant nôtres ces paroles de Pierre, nous sommes aujourd’hui appelés à tenir ferme dans notre foi. Devant les persécutions qui peuvent venir des Hommes, de nos actes ou de notre propre histoire, nous devons témoigner de notre attachement au Christ par notre bonne conduite. De la sorte, ayant une conscience droite, nos adversaires seront pris de honte (1P 3, 16). Cependant, cette mission n’est pas facile. Voilà pourquoi le Christ nous promet l’Esprit Saint, qui témoigne du lien d’Amour entre le Père et le Fils.

En passant de ce monde à son Père, Jésus prie pour que le Père nous donne un autre Défenseur. Ce Défenseur est en effet celui qui sera toujours avec nous surtout quand nous sommes persécutés ou mis en accusation par les Hommes ou notre propre histoire. C’est l’Esprit qui intervient pour nous conseiller, nous encourager, nous donner la paix du cœur et la joie de vivre. C’est l’Eprit qui nous soutient dans les moments les plus difficiles de notre vie. Mais pour être toujours en présence de cet Esprit, nous sommes appelés à aimer et à garder les commandements du Christ. Car, comme lui-même le dit, « celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui » (Jn 14, 21).

En ce jour du Seigneur, prions pour que l’Amour de Dieu transforme notre cœur afin de répondre avec foi et courage à la mission que Dieu nous donne dans notre vie de chaque jour. 

Méditation du 6ième dimanche de Pâques avec le Père Jean-Paul SAVI, SJ
16 mai 2020, 10:59