Recherche

Vatican News
Le cardinal George Pell, le 7 avril 2020. Le cardinal George Pell, le 7 avril 2020.  

Le cardinal Pell se dit surpris par le rapport de la Commission royale

Dans une déclaration publiée jeudi 7 mai, le cardinal Pell déclare que certains points du rapport de la Commission royale d'enquête sur les abus sexuels en Australie le concernant ne sont pas étayées par des preuves.

Vatican News

Le cardinal George Pell se dit «surpris» par certains points du rapport de la Commission royale australienne relatifs aux réponses institutionnelles en matière d'abus sexuels sur mineurs. Dans une déclaration, le cardinal a déclaré : «Ces points ne sont pas étayées par des preuves».

Bien que la Commission royale ait remis son rapport final au Parlement en décembre 2017, les conclusions relatives au cardinal Pell ont été expurgées en raison de procédures judiciaires en cours. L'affaire contre le cardinal Pell s'est terminée le 7 avril 2020, lorsque la Haute Cour australienne a annulé sa condamnation, en déclarant que les preuves produites lors de son procès «n'ont pas établi sa culpabilité selon la norme de preuve requise».

Les conclusions de la Commission royale d'enquête australienne sur les abus sexuels contre des mineurs en Australie ont été déposées devant le Parlement national le 7 mai 2020, indique le quotidien britannique The Guardian. Ces documents relatent les conclusions des investigations sur la connaissance que le cardinal George Pell pouvait avoir des abus sexuels qui se produisaient dans les diocèses de Ballarat et de Melbourne, alors qu'il y officiait, de 1971 à 1996.

Déclarations de Melbourne et Ballarat

L'archevêque de Melbourne et l'évêque de Ballarat ont tous deux fait des déclarations jeudi à la suite de la publication des documents précédemment expurgés du rapport final.

L'actuel archevêque de Melbourne, Peter Comensoli, a déclaré : «Il est bon que tous les éléments du cas 35 de la Commission royale sur les réponses institutionnelles aux abus sexuels sur les enfants aient été mis à disposition». L'évêque Paul Bird de Ballarat s'est fait l'écho de cette déclaration .

Dans un communiqué, l'archevêque Comensoli s'est une nouvelle fois excusé sans réserve «pour l'échec de l'archidiocèse catholique de Melbourne à prendre soin et à protéger de manière responsable nos jeunes et nos adultes vulnérables». L'évêque Bird a également reconnu «les défaillances passées de la gouvernance dans le diocèse qui ont permis les terribles abus dont ont été victimes tant d'enfants qui avaient le droit de se sentir en sécurité dans leurs interactions avec l'église», ainsi que «les conséquences tragiques de ces abus pour les personnes maltraitées et leurs familles».

Les deux évêques ont réitéré l'engagement de l'Église à assurer la sécurité des enfants et des personnes vulnérables. «La sécurité et la prise en charge des enfants n'est pas un projet avec une date de fin», a déclaré l'archevêque Comensoli, «Il exige une vigilance de toute une vie».

07 mai 2020, 16:12