Recherche

Vatican News
(Photo d'illustration) (Photo d'illustration) 

Il y a 70 ans, la liquidation des ordres religieux en Tchécoslovaquie

Dans la nuit du 13 au 14 avril 1950, des centaines de religieux et religieuses tchécoslovaques sont expulsés manu militari de leurs couvents et monastères, incarcérés ou envoyés dans des camps spéciaux, tandis que leurs biens sont confisqués. L’Eglise slovaque se souvient aujourd’hui de cette dramatique répression du régime communiste.

«Nous sommes reconnaissants au Seigneur d’avoir donné la grâce à beaucoup de témoigner de leur foi avec fidélité» : dans un message publié sur le portail internet «Vie religieuse», Mgr Viliam Judák, évêque de Nitra et président du comité historique de la Conférence épiscopale slovaque, rappelle les terribles événements survenus lors de «la nuit des barbares», celle du 13 au 14 avril 1950. Ce soir-là, aux alentours de minuit, la police secrète du régime communiste, flanquée de milices supplétives, fait irruption dans plusieurs dizaines de monastères masculins et féminins, procédant à l’arrestation des religieux et religieuses qui s’y trouvent.

Cette opération surprise est connue sous le nom d’Akce K (opération K) ; minutieusement planifiée, elle visait à liquider le clergé et les congrégations religieuses, perçus comme une menace par le régime de Prague, inféodé à Moscou. Les autorités communistes, hostiles à toute religion et adeptes de l’athéisme d’État, se défiaient de l’Église catholique, celle-ci représentant pour eux une structure qu’ils ne pouvaient contrôler, et donc, potentiellement dangereuse.

Une liquidation programmée en deux phases

L’annihilation programmée de la vie religieuse en Tchécoslovaquie fut pensée en deux phases. La première (du printemps 1948 à l’automne 1949) vit la réduction progressive mais significative de l’influence des congrégations, avec une diminution de leur nombre et de leurs activités, lesquelles ne devaient d’ailleurs pas s’opposer à la ligne du Parti communiste. Au cours de cette période, plusieurs prêtres furent également accusés d’espionnage et de haute trahison, comme lors du procès Machalka, où une dizaine de religieux, -jésuites, dominicains, prémontrés et rédemptoristes de l’Église grecque-, furent condamnés à des peines de prison.

Ces attaques ciblées furent le prélude à la seconde phase (de l’automne 1949 à la fin des années 1960) qui vit donc la désagrégation effective des ordres religieux. À cette époque, sur le territoire correspondant à l’actuelle Slovaquie, l’on comptait 16 congrégations religieuses masculines, auxquelles correspondaient 96 monastères et 1 019 religieux ; 24 congrégations religieuses féminines, regroupant 4 253 religieuses sur 168 monastères.

Raflés, internés ou emprisonnés

Lors de cette nuit funeste, évoque encore Mgr Judák, des centaines de religieux furent raflés et envoyés dans plusieurs établissements spéciaux, pour y être «rééduqués». Plusieurs furent soumis à la torture physique et psychologique, jusqu’à ce qu’ils acceptent de renoncer à leurs vœux. De nombreux autres furent emprisonnés ou exécutés, si bien qu’à la fin de l’année 1952, l’actuelle Slovaquie ne comptait plus aucun religieux.

Les congrégations féminines subirent le même sort, mais la grande majorité des religieuses demeurèrent fidèles à leur vocation, souligne Mgr Judák.

Les monastères et couvents vidés de leurs habitants, ainsi que leurs dépendances, furent réquisitionnés par le régime communiste qui transforma certains de ces bâtiments en casernes militaires. Cette saisie s’accompagna d’un pillage en règle des nombreuses œuvres d’art, objets historiques et livres anciens dont ces congrégations étaient, depuis des siècles, les gardiennes.

Témoignages de foi et de fidélité

L’Église tchécoslovaque, condamnée à la clandestinité, se reconstruisit lentement ; ce n’est qu’après la Révolution de velours (1989) qu’elle put de nouveau sortir au grand jour et retrouver sa place dans la société.

La liquidation de ces congrégations, vécue comme un douloureux martyre, ne peut être cachée, insiste Mgr Judák. Ce triste anniversaire rappelle, selon lui, combien grande peut être la malveillance de l’homme, mais combien aussi la fidélité à Dieu dans l’amour peut porter du fruit, citant de nombreux témoignages de foi et de courage donnés par de nombreux religieux et religieuses, durant ces années de ténèbres et de persécutions.

16 avril 2020, 11:41