Recherche

Vatican News
Le très bas niveau de la rivière Sola à Zywiec en Silésie dans la région montagneuse des Beskides, le 22 avril 2020. Le très bas niveau de la rivière Sola à Zywiec en Silésie dans la région montagneuse des Beskides, le 22 avril 2020.   (ANSA)

En Pologne, une inquiétante sécheresse et la menace de pénuries d'eau

La sécheresse qui sévit actuellement en Pologne menace de ruiner d’immenses étendues de terres agricoles dans le pays, et de réduire la production alimentaire. Le président Andrzej Duda s’est montré inquiet et a appelé mercredi ses compatriotes à économiser l’eau.

Avec Crux

Dans un appel lancé mardi 21 avril, les évêques de Pologne demandent à ce que des prières soient faites dans tout le pays «pour la pluie», au moment où le pays est en proie à une sécheresse depuis plusieurs semaines, qui menace des centaines de milliers d’hectares de terres arables.

Des milliers de familles d’agriculteurs touchées

La pandémie de coronavirus n’est pas notre seule difficulté. La Pologne est aujourd’hui touchée par une autre sévérité, à savoir une sécheresse destructrice pour des milliers d’hectares, a déclaré le président de l’épiscopat, Mgr Stanislaw Gadecki, dans cet appel du 21 avril. Conséquence de cette sécheresse, l’archevêque de Poznan s’est inquiété du sort de la production agricole et de la montée des prix des denrées alimentaires.

«Cela va toucher des centaines de milliers d'agriculteurs, de fruiticulteurs, de jardiniers et leurs familles qui vivent de la terre», a ajouté le président de la conférence épiscopale, appelant «tous les fidèles et les personnes de bonne volonté à implorer la pluie par des prières ardentes et durables - dans les sanctuaires, les paroisses, les maisons religieuses et les familles».

Le primat de Pologne, Mgr Wojciech Polak, a lui appelé les catholiques à prier le saint patron national, Saint Adalbert, «pour que cessent l'épidémie et la pluie sur notre terre assoiffée et desséchée».

Risques d’incendie

Le gouvernement polonais, qui a commencé à assouplir les restrictions de confinement, a dévoilé un plan pour stimuler et préserver l’approvisionnement en eau. Cette législation «anti-sécheresse» inclurait l'extension des réservoirs et des projets d'irrigation. Cette année, la Pologne a connu son hiver le plus chaud depuis un demi-siècle, suivi des plus faibles précipitations au mois de mars depuis 30 ans.

La levée des restrictions de confinement concernant la visite des parcs et forets inquiète pour sa part la Commission nationale des forêts qui met en garde contre les risques d'incendie.

L’eau, «une cause morale»

Dans un message pastoral pour la Journée mondiale de l'eau du 22 mars, les évêques de la région polonaise de Silésie, qui comprend certaines zones les plus pollués d'Europe, avertissaient déjà que l'accès à l'eau potable était limité. La sauvegarde de l’eau est une «cause morale» pour l’Eglise, estimaient-ils.

Selon l’archevêque de Katowice, Mgr Wiktor Skworc, la Pologne possède «les plus faibles réserves d'eau naturelle de tous les pays européens». 

Statistiquement, un Polonais dispose de 1 600 m3 d’eau par an, soit trois fois moins que la moyenne dans l’Union européenne. «Nos ressources sont comparables à celles de l’Égypte», alertait en juin dernier la Cour des comptes polonaise (NIK), qui a intitulé son rapport «Pologne, désert d’Europe». 

24 avril 2020, 13:11