Recherche

Vatican News
L'église de la Trinité-des-Monts de Rome. L'église de la Trinité-des-Monts de Rome.   (AFP or licensors)

Décret modifié, le diocèse de Rome laisse les églises ouvertes

Le vicariat de Rome a publié un nouveau décret ce vendredi 13 mars, relatif à l'ouverture des églises du diocèse. Celles-ci pourront demeurer ouvertes jusqu'au 3 avril, dans le respect des normes de sécurité en vigueur, pour la prière des fidèles. Seules les églises paroissiales sont concernées.

Le cardinal Angelo De Donatis, vicaire du Pape François pour le diocèse de Rome, a amendé le décret pris par le diocèse jeudi, laissant ouvertes les églises paroissiales, et plaçant l'entrée dans les lieux de culte «sous la responsabilité ultime» des prêtres et des fidèles.

Ne pas fermer les églises pour ne pas désorienter

Le but est «de ne pas exposer la population à un quelconque danger de contagion, et en même temps d'éviter le signe d'une interdiction physique d'accès au lieu de culte en le fermant, ce qui pourrait créer une désorientation et un plus grand sentiment d'insécurité», argumente le cardinal De Donatis ce vendredi 13.

Le diocèse de Rome poursuit son alerte dans ce nouveau communiqué:«L'Église de Rome, en pleine communion avec son évêque, Pasteur suprême de l'Église universelle, est consciente de la signification symbolique de la décision prise dans le décret du 12 mars - ndlr, actant la fermeture des lieux de culte-. L'infection par le coronavirus se propage de manière exponentielle : en quelques jours, le nombre de personnes infectées a doublé et, à ce rythme, il n'est pas difficile de prévoir que, dans un délai très court, il atteindra l'ordre de dizaines de milliers de personnes rien qu'en Italie. Il existe un risque évident d'effondrement des établissements de santé, déjà ventilés par beaucoup, notamment en raison de la disproportion entre les ressources disponibles en matière de soins intensifs et le nombre croissant de personnes malades. Un nombre encore plus important de personnes pourrait être impliqué, en particulier les personnes âgées et les personnes vulnérables. Nous ne pouvons endiguer cette tragique éventualité qu'en appliquant des mesures visant à freiner la contagion. Les Italiens sont de plus en plus conscients que derrière l'invitation à ne pas quitter la maison, il y a un besoin urgent de protéger le bien commun». 

«Ce bien unique et précieux qu'est la foi»

Cependant, relève le cardinal vicaire, toute mesure ecclésiale de précaution doit tenir compte non seulement du bien commun de la société civile, mais aussi de ce bien unique et précieux qu'est la foi, en particulier celle des plus petits.

Le décret est donc modifié, et les fidèles sont exhortés, jusqu'au vendredi 3 avril, à suivre avec une conscience mûre et un sens des responsabilités les directives des décrets de la présidence du Conseil des ministres de ces derniers jours, en particulier celles du décret dénommé "Je reste à la maison" (Io resto a casa).

Les églises non paroissiales et, plus généralement, les bâtiments de culte de toute sorte, restent fermés au public (cf. c. 1214 ss. C.I.C.) ; en revanche, les églises paroissiales et celles qui sont le siège de missions de soin des âmes et autres restent ouvertes. Les oratoires des communautés établies religieuses, monastique, sont également accessibles, limités aux mêmes communautés qui les utilisent habituellement parce qu'elles résident et vivent ensemble, avec une interdiction d'accès pour les fidèles qui ne sont pas membres permanents de ces communautés.

«La communion ecclésiale qui nous lie continuera à nous soutenir dans notre effort quotidien pour répondre à l'urgence avec rapidité, efficacité et un authentique esprit de foi», en a conclut le vicaire du Pape.

 

13 mars 2020, 11:21