Recherche

Vatican News
A l'aéroport international de Montréal, le 16 mars. A l'aéroport international de Montréal, le 16 mars.  (ANSA)

L'Eglise québecoise suspend toutes ses activités publiques

Pour éviter la propagation du coronavirus sur le territoire, l’Assemblée des évêques du Québec a invité à annuler toutes les célébrations et toutes les activités publiques dans les églises de la province.

L'Assemblée des évêques catholiques du Québec a annulé toutes ses activités publiques en raison de la propagation de l'épidémie de coronavirus sur le sol canadien. Une mesure prise en conformité à l'annonce faite le 15 mars par le premier ministre François Legault d'interdire tout rassemblement de personnes.

Dans un communiqué, signé par Mgr Christian Rodembourg, l'évêque de Saint-Hyacinthe, les évêques québecois invitent «tous les prêtres exerçant leur ministère au Québec à demeurer disponibles et à faire preuve d’imagination pastorale pour accueillir leurs paroissiens lorsque ceux-ci communiquent avec eux par téléphone, leur demandent un rendez-vous privé ou une visite à domicile.» Ils souhaitent également que, là où cela est possible, certaines églises puissent demeurer ouvertes « pour la prière et le recueillement strictement personnels».

Un dimanche «plein de Dieu et des autres»

Le président de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec souligne aussi qu'en «cette période remplie d’inquiétudes et d’incertitudes, nous accueillons l’invitation du pape François « à redécouvrir et à approfondir le sens de la communion qui unit tous les membres de l’Église». Dans un message pastoral publié à part, Mgr Rodembourg explique que la décision d’annuler jusqu’à nouvel ordre les célébrations dominicales «n’a pas été prise à la légère», mais rappelle que le coronavirus constitue un grave danger pour la santé et la vie de tous, particulièrement les plus faibles physiquement.

«En annulant tous les rassemblements dominicaux, même modestes en nombre, nous prenons soin les uns des autres et nous protégeons nos frères et sœurs les plus fragiles. D’une certaine manière, en nous privant des célébrations de l’Eucharistie, nous vivons quand même l’Eucharistie : nous perdons quelque chose de précieux, certes, mais par amour, par souci du plus petit et plus faible parmi nous» poursuit l'évêque de Saint-Hyacinthe qui précise que «notre dimanche n'est pas vide, mais plein de Dieu et plein des autres!».

Dans cette période d'épreuve, Mgr Rodembourg demande enfin d'invoquer saint Joseph et le saint frère André «pour leur demander de rassurer et d’apaiser l’ensemble de notre famille humaine ici et à travers le monde». 

 

17 mars 2020, 15:20