Recherche

Vatican News
 (© Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 3770, f.200r)

Méditation dominicale en la Fête de la présentation de Jésus au Temple

Le Père jésuite, Michel Ntangu, nous introduit à la méditation avec les textes ligurgiques de la fête de la présentation de Jésus au Temple.

Chers frères et Sœurs,

En ce Dimanche, le 2 février, nous fêtons la Présentation de Jésus au Temple. L’Eglise célèbre le jour où Marie et Joseph présentèrent l'enfant Jésus au Temple de Jérusalem, conformément aux pratiques religieuses juives. Cette fête est bien connue sous le nom de « Chandeleur » ou la festa candelarum, en latin. D’ailleurs on trouve l’expression « candela », qui signifie chandelle. Aujourd'hui, des milliers des bougies seront bénies. La liturgie de ce dimanche comprend une bénédiction des cierges et une procession de la lumière. C’est dans cette atmosphère de foisonnement de lumière des chandelles, que nous sommes invités à contempler et à méditer sur Jésus, « Lumière pour la révélation au monde » selon le témoignage de Syméon à la vue du Christ : « Mes yeux ont vu la lumière qui se révèle aux nations. ». Et par conséquent, nous sommes invités à être nous-mêmes « lumière pour le monde ».
Dans son Évangile, Luc (2,22-40) insiste d’abord sur le fait que Marie et Joseph, en montant au Temple, respectent la loi de Moïse. La tradition juive voulait qu’un nouveau-né de sexe masculin soit amené au temple 40 jours après sa naissance pour être voué à Dieu. Et la jeune accouchée devrait offrir un sacrifice symbolique pour sa purification : un agneau ou un couple de tourterelle. Cependant, Luc associera à cette majestueuse description de la scène de présentation, le thème de l’Epiphanie et celui de la Lumière : C’est la manifestation du Christ comme lumière du monde. C’est cela la leçon théologique de Luc en cette fête de chandeleur ou de la présentation de Jésus au Temple.
Porté par Marie et Joseph pour être présenté au temple, Jésus se manifeste au monde come « Lumière » et Il vient à la rencontre du peuple des croyants. Le vieux Siméon et la prophétesse Anne sont les témoins de cette Epiphanie au temple de Jérusalem et représentent ceux qui attendaient avec espérance le Messie, Lumière des nations, Consolation et Libération d’Israël
Dans la première lecture, le livre du prophète Malachie (3,1-4) nous parle du « Messager de l’Alliance, ». Celui qui, pareil au feu du fondeur viendra pour purifier les fils de Levi. Par ces mots, le Prophète s’adresse à tous ceux qui, comme Anne et Syméon, attendent la venue du Messie comme une libération purificatrice. Il dit que le Seigneur viendra s’installer dans son temple comme un fondeur, c’est-à-dire avec l’objectif de purifier.
Aujourd’hui dans l’Eglise, nous célébrons également la journée de la vie consacrée. C’est bien l’occasion de rendre grâce pour le don de la vie religieuse, sachant que la vie consacrée est avant tout le signe du don total que nous faisons de nous-mêmes au Seigneur depuis le jour de notre baptême. Cependant, dans l’évangile d’aujourd’hui, Anne et Syméon sont présentés à nous comme deux personnages consacrés, à leur façon. Ils ont tous les deux donné leur vie au Seigneur. Ils peuvent représenter pour nous des modèles de vies passées à attendre le Messie. Et ils ont trouvé la consolation en portant dans leurs bras, celui qui est Lumière du monde. Encore aujourd’hui, Jésus inspire toujours des hommes et des femmes à lui offrir leur vie et à devenir témoin et porteur de la Lumière du Christ à notre monde.
Chers frères et sœurs,
Accueillons Jésus qui est « Lumière du monde » dans nos vies. Implorons son Esprit pour dissiper l’épaisseur des ténèbres dans nos cœurs afin que nous passions nos vies dans l’espérance de la venue de Seigneur. Amen !

Méditation dominicale avec le Père Michel Ntangu, SJ
01 février 2020, 17:53