Recherche

Vatican News
La République d'Irlande est l'un des pays de l'Union européenne qui devrait être le plus impacté par le Brexit. La République d'Irlande est l'un des pays de l'Union européenne qui devrait être le plus impacté par le Brexit.   (AFP or licensors)

En Irlande, les priorités des évêques avant les législatives du 8 février

«Put people first»: c'est le message exprimé par l'archevêque d'Armagh, Mgr Eamon Martin, primat d’Irlande, et l'évêque auxiliaire du même diocèse irlandais, Mgr Michael Router, dans une déclaration diffusée en vue des élections générales du 8 février prochain.

«Le peuple irlandais se rend aux urnes à un moment très difficile et exigeant pour le pays. Chaque semaine semble apporter une triste histoire de violence, de crime, de pauvreté». C'est pourquoi les prochaines élections «offrent aux citoyens la possibilité de choisir le futur gouvernement et de proposer les changements qu'ils souhaitent», a écrit Mgr Martin.

L’urgence du logement…

Et les deux évêques d’énumérer les priorités de l'Irlande: avant tout, l'urgence du logement, puisque «des milliers de personnes dans le pays sont sans abri; parmi elles, un grand nombre d'enfants». D'où l'appel lancé au gouvernement pour que chaque autorité locale reçoivent «les ressources nécessaires pour fournir un logement abordable à ceux qui en ont le plus besoin», y compris les étrangers, les migrants et les demandeurs d'asile.

… et celle des soins de santé

Autre point central mis en avant par Mgr Martin et Mgr Router, celui des soins de santé: «Notre système de santé doit pouvoir donner la priorité aux besoins des patients, en réduisant les délais d'attente pour les traitements et en mettant fin aux épisodes indignes». Les évêques réaffirment également la nécessité de soins à domicile et d'un ajustement des salaires et des conditions de travail pour tous les travailleurs de la santé. Les deux évêques font aussi part de leur préoccupation quant au crime et à la pègre.

Maintenir la libre circulation

Quant au Brexit, les évêques soulignent qu' «il sera extrêmement important de maintenir la libre circulation des personnes et des biens à travers la frontière» et que «le processus de consolidation de la paix et de réconciliation nationale n'est en aucune façon menacé». En particulier, l'archevêché d'Armagh demande que «les communautés frontalières soient consultées sur le soutien financier, technique et social dont elles auront besoin pour compenser les éventuelles répercussions négatives de Brexit».

Les prélats s'attardent enfin sur la protection de la vie et de la «dignité de toute personne humaine, faite à l'image et à la ressemblance de Dieu». D'où l'appel lancé aux candidats aux élections pour qu'ils défendent «le caractère sacré de toute vie humaine, la dignité de la personne et la centralité de la famille».

Le 14 janvier dernier, le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, avait demandé la dissolution du Parlement et annoncé la date des prochaines élections au 8 février prochain, soit une semaine après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

01 février 2020, 16:24