Recherche

Vatican News
Une représentation de la communion des saints. Une représentation de la communion des saints. 

Histoire de sainteté: sainte Marianne Cope, missionnaire à Hawaii

Moins connue que le père Damien, son prédécesseur, soeur Marianne Cope fut la continuatrice de son œuvre auprès des lépreux, sur l'île de Molokai.

Née le 23 janvier 1838 en Allemagne dans une famille d'agriculteurs, ses parents émigrèrent aux Etats-Unis et s'établirent à Utica (Etat de New York). Dès l'âge de 15 ans elle souhaita entrer au couvent, mais elle dut s'occuper de ses plus jeunes frères car ses parents étaient gravement malades.  

A l'âge de 24 ans elle entra chez les soeurs de Saint François de Philadelphie près de New York et prononça ses voeux. Sa communauté fonda les premiers des cinquante hôpitaux généraux des Etats-Unis qui connurent une grande renommée. Marianne Cope s'occupa en particulier des alcooliques et des filles mères, car elle souhaitait accomplir son service parmi les plus pauvres d'entre les pauvres.

En 1883, elle fut la seule à accepter de se rendre aux Iles Hawaï pour assister les lépreux, alors que cinquante autres communautés contactées avaient refusé. Son oeuvre en faveur des malades et des sans-abri dans les Iles Hawaï fut très importante.

En 1889, après la mort du Père Damien de Veuster, grand apôtre des lépreux, elle accepta de se charger du foyer pour les garçons en plus de son travail auprès des femmes et des petites filles. Elle vécut pendant trente ans dans un lieu isolé de l'île Molokai, exilée volontaire avec ses patients.

Elle mourut le 9 août 1918 après une longue vie au service des malades de la lèpre. «Tout ce qu'elle réussissait était inspiré par son amour personnel pour le Seigneur», dira d'elle le Pape Benoît XVI à l'occasion de sa béatification en 2005. Elle sera canonisée en 2012 .

Sœur Catherine Aubin revient sur la figure de sainte Marianne Cope
19 janvier 2020, 17:38