Recherche

Vatican News
Une chrétienne pakistanaise le jour de Pâques, à Peshawar (Pakistan) le 21 avril 2019 Une chrétienne pakistanaise le jour de Pâques, à Peshawar (Pakistan) le 21 avril 2019  (ANSA)

Au Pakistan, libération de 40 chrétiens emprisonnés

Après cinq ans d’emprisonnement, les 40 chrétiens arrêtés pour les manifestations qui ont suivi l'attentat du 15 mars 2015 dans deux églises du quartier chrétien de Youhanabad, à Lahore au Pakistan, sont désormais libres.

La Commission Nationale Justice et Paix (NCJP) de la Conférence des Évêques du Pakistan a fait part ce 30 janvier de la libération de 40 chrétiens condamnés il y a 5 ans. S'adressant à l’organisation catholique Aide à l’Église en Détresse (AED) quelques heures après le verdict d'acquittement, le père Emmanuel Yousaf, directeur national de la Commission Nationale Justice et Paix a fait part de son soulagement: «ce que nous avons vu aujourd'hui est une merveilleuse nouvelle pour le Pakistan. Dans tout le Pakistan, les gens avaient prié chaque jour pour que le tribunal statue en leur faveur. C'est un grand jour pour nous tous», a-t-il déclaré. «Les accusés ont traversé une très grosse épreuve et maintenant, Dieu merci, ils sont de l'autre côté» a ajouté le prêtre, expliquant que ces chrétiens étaient maintenant rentrés chez eux avec leurs familles.

Histoire d’un calvaire

Le 15 mars 2015, deux kamikazes se faisaient exploser pendant les offices du dimanche près de l'église catholique Saint-Jean et du temple protestant de l'Église du Christ, dans le quartier de Youhanabad à Lahore, causant la mort de 15 fidèles et blessant 70 personnes. Peu après, la communauté chrétienne locale a commencé à protester. Dans l'excitation du moment, deux musulmans ont été injustement retenus par la foule comme responsables des attaques contre les églises et lynchés à mort.

Suite au meurtre des deux hommes, la police a effectué plusieurs descentes dans le quartier de Youhanabad et ordonné l'arrestation de dizaines de chrétiens. Certains musulmans impliqués dans les manifestations ont également été arrêtés et libérés peu après. 42 des chrétiens se sont vu refuser la libération sous caution. Leur procès a débuté en 2016 devant la Cour antiterroriste de Lahore. Deux d'entre eux sont morts en prison, les rapports faisant état de mauvais traitements physiques et de pressions pour se convertir à l'islam. Le 29 janvier 2020, la Cour a décidé de la remise en liberté des 40 détenus restant, alors que leurs familles sont parvenues à un accord en vue du dédommagement financier des familles des deux musulmans tués.

Aux côtés des familles des accusés

«Nous nous réjouissons de la libération de chacun de ces chrétiens, a par ailleurs réagi Benoit de Blanpré, directeur de l'AED en France. Mais la joie de ce verdict ne nous fait pas oublier ces 5 années passées en prison, comme Asia Bibi en aura passé 9, “pour rien”. Nous pensons à ceux qui sont encore en prison et continuerons, à l'AED, d’œuvrer pour tous ceux qui subissent tant de haine à cause de leur foi», a-t-il assuré.

L’AED a apporté une importante aide juridique et parajuridique tout au long du procès. L’association a financé les frais juridiques, parrainé la scolarité des familles des accusés et offert des cadeaux à Pâques et à Noël. Elle s'est également engagée à continuer d'aider les familles des accusés, en particulier au cours de l'année à venir.

30 janvier 2020, 16:08