Recherche

Vatican News
Saint Oscar Arnulfo Romero Saint Oscar Arnulfo Romero   (ANSA)

Au Salvador, une année jubilaire pour les 40 ans du martyre de Mgr Romero

«Le martyre est le plus grand témoignage de la foi, car il reproduit fidèlement le Christ, en donnant sa vie pour que les autres aient la vie en abondance» (cf. Jn 10, 10). C’est ce que souligne la Conférence épiscopale du Salvador, en préparation de l'année jubilaire des martyrs, 40 ans après l'assassinat de saint Oscar Arnulfo Romero.

Le message des évêques salvadoriens indique les dates auxquelles les martyrs nationaux seront célébrés: le 12 mars, 43ème anniversaire du martyre du Père Rutilio Grande; le 24 mars, 40ème anniversaire du martyre de Saint Oscar Arnulfo Romero; le 14 juin, 40ème anniversaire du martyre du Père Cosme Spessotto. Il sera suivi, les 31 juillet, 1er et 2 août, du grand pèlerinage à Ciudad Barrios, lieu de naissance de Saint Oscar Arnulfo Romero, et du Congrès national sur les martyrs.

Assassiné en pleine eucharistie en 1980 par un commando d'extrême-droite, Oscar Romero a été béatifié en mai 2015, puis canonisé en octobre 2018 par le Pape François, en même temps que le Pape Paul VI qui l'avait nommé évêque.

Une loi de réconciliation nationale au Parlement

«Les martyrs ont donné leur vie et nous accompagnent dans notre pèlerinage de foi. Nous voulons entendre leur voix et, en même temps, nous voulons nous faire l'écho de cette voix. Par conséquent, et en notre qualité de pasteurs, nous demandons respectueusement à l'Assemblée parlementaire de promulguer une authentique "loi de réconciliation nationale" pour rendre justice aux victimes, connaître la vérité et définir la réparation», déclarent à cette occasion les évêques.

L’épiscopat demande également une loi sur le droit à l'eau et le respect des droits des migrants. «L'eau est un bien public, elle ne doit donc être administrée que par l'État", écrivent les évêques qui invitent la population "à faire usage de son droit à la participation démocratique et à faire entendre sa voix sur les réseaux sociaux, en envoyant le plus de messages possible aux députés, en leur demandant de légiférer, conformément à leur mandat constitutionnel».

 

29 janvier 2020, 16:50