Recherche

Vatican News
Le logo de la Rencontre de Taizé à Turin en décembre 2020. Le logo de la Rencontre de Taizé à Turin en décembre 2020. 

Turin accueillera la prochaine rencontre européenne de Taizé

Après la rencontre de cette année à Wroclaw, en Pologne, la ville piémontaise accueillera à la fin de l’année 2020 la prochaine étape du «pèlerinage de confiance sur la terre».

C’est donc à Turin, au nord de l’Italie, que se tiendra du 28 décembre 2020 au 1er janvier 2021 le 43e rassemblement de la communauté œcuménique de Taizé. Cette annonce effectuée par le prieur de la communauté de Taizé, Frère Alois, a réjoui Mgr Cesare Nosiglia, archevêque de la cité piémontaise, qui rappelle dans un communiqué que ce choix «représente le fruit d’un long chemin d’amitié avec la Communauté de Taizé».

Depuis plusieurs décennies en effet, de nombreux jeunes venus du Piémont et du Val d’Aoste se rendent régulièrement à Taizé et participent aux Rencontres européennes. La Pastorale des jeunes organise régulièrement à Turin des veillées de prière dans le style de Taizé. Et Mgr Nosiglia a rencontré plusieurs fois personnellement Frère Roger, qui avait fondé cette communauté œcuménique internationale dès 1940, il y a donc bientôt 80 ans.

Turin attend les jeunes avec enthousiasme

«Turin attend les jeunes du prochain  “pèlerinage de confiance sur la terre” avec le cœur et les bras ouverts», explique Mgr Nosiglia. «L’hospitalité des familles et des communautés, la richesse spirituelle, culturelle et artistique de notre territoire, ainsi que la grande tradition de solidarité et d’attention aux autres de la part de notre population représentent dès maintenant une promesse sûre pour la prochaine rencontre européenne de Taizé à Turin, la promesse d’une expérience intense et surprenante de foi et de joie», ajoute l’archevêque de la ville piémontaise dans son communiqué.

Une ostension exceptionnelle du Saint-Suaire

Il a été annoncé ce mardi 31 décembre que cette rencontre donnera lieu à une ostension du Saint-Suaire, spécialement réservée aux jeunes qui participeront à la rencontre. «Dans le Suaire, l'Église catholique ne vénère pas un objet. Elle se sent, au contraire, appelée, provoquée à méditer sur la passion et la mort du Seigneur, et donc sur cette expérience de douleur que nous traversons tous. Car aussi dans la mort, nous sommes frères!» précise l'archevêque de Turin dans un message vidéo.

Concernant le délicat enjeu œcuménique de cette ostension, sachant que des jeunes orthodoxes et protestants participeront à cette rencontre de Taizé, Mgr Nosiglia apporte cette précision: «Nous savons que la question des images est une “blessure” ouverte de différentes façons dans l'Église du Christ depuis au moins 13 siècles. Pour nous, il ne s'agit pas de rouvrir cette blessure, mais d'accueillir fraternellement ceux qui voudront partager la prière, dans un climat de plein respect réciproque et de fraternité qui ainime et caractérise l'expérience de Taizé depuis ses débuts.»

 

 

Chaque année, les rencontres de Taizé attirent des milliers de jeunes de 18 à 35 ans venus de toute l’Europe mais aussi d’autres continents. Depuis 1978, une grande ville européenne accueille ces rassemblements entre le 28 décembre et le 1er janvier,  en impliquant des familles pour l’hébergement des jeunes. La nuit du 31 décembre est traditionnellement l’occasion d’une “Fêtes des peuples”, qui permet aux jeunes de partager les chants, danses et jeux de leur pays.

31 décembre 2019, 12:37