Recherche

Vatican News
Bénédiction des statuettes de l'Enfant Jésus par le Pape François Place Saint-Pierre, le 15 décembre 2019 Bénédiction des statuettes de l'Enfant Jésus par le Pape François Place Saint-Pierre, le 15 décembre 2019 

Mgr Lalanne: «Noël permet de redécouvrir le meilleur du cœur de l’homme»

Un diocèse où vivent ensemble des fidèles de 140 nationalités différentes: c’est celui de Pontoise, en France, à l’ouest de Paris. Mgr Stanislas Lalanne, qui en est l’évêque depuis 2013, nous explique comment la communauté catholique de ce territoire diversifié à plus d’un titre vit le temps de l’Avent.

Entretien réalisé par Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Entre les plaines agricoles du Vexin français, à l’est, et le dense tissu urbain de l’ouest, où l’on trouve Sarcelles, Garges-les-Gonnesse, Argenteuil ou encore la ville universitaire de Cergy-Pontoise, le Val d’Oise est un territoire de contrastes géographiques, économiques et sociaux, et d'une grande mixité religieuse.

Mgr Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise, remarque cependant que «les communautés chrétiennes sont très ouvertes sur l’environnement» et ont le «souci de vivre la proximité». La démarche missionnaire synodale que vit en ce moment le diocèse témoigne de ce souci d’aller rejoindre les personnes plus isolées, ou éloignées de l’Église.

Un 25 décembre à l’aéroport

L’évêque évoque quelques caractéristiques du temps de l’Avent et de Noël en Val d’Oise, en particulier pour les prêtres venus d’ailleurs. Pour ces “fidei donum”, l’inculturation n’est pas toujours «facile», mais Mgr Lalanne est «admiratif de la manière dont ils arrivent à s’inscrire dans la culture française». Le diocèse de Pontoise accueille aussi de nombreux migrants, et c’est «une chance de s’enrichir des traditions des autres» aux yeux de son évêque.

Mgr Lalanne assure par ailleurs la coordination des aumôneries de trois grands aéroports d’Ile-de-France: Orly, Le Bourget et Roissy Charles de Gaulle (situé en Val d’Oise). Noël peut être «difficile à vivre» pour ceux qui doivent être présents au sol ou dans les airs le 25 décembre.

L’évêque y voit une occasion pour tous les croyants de s’engager à «regarder l’autre avec le regard du Christ», ce regard qui guérit et relève, et que l’Enfant Jésus transmet à ceux qui s’approchent de la crèche. De cette façon Noël, assure-t-il, «permet de redécouvrir le meilleur du cœur de l'homme»

Entretien avec Mgr Stanislas Lalanne
15 décembre 2019, 18:26