Recherche

Vatican News
Mgr. Cristobal Lopez Romero, archevêque de Rabat, aux côtés du Pape à la Caritas Maroc, le 30 mars 2019. Mgr. Cristobal Lopez Romero, archevêque de Rabat, aux côtés du Pape à la Caritas Maroc, le 30 mars 2019.  

Le dialogue interreligieux promu, selon Mgr Lopez

Parmi les treize futurs cardinaux qui seront créés lors du consistoire du 5 octobre prochain figure, Mgr Cristobal Lopez Romero, archevêque de Rabat au Maroc. Cet Espagnol et Paraguayen voit dans cette décision la reconnaissance de toutes les Églises du Maghreb et du chemin qu’elles ont parcouru.

Entretien réalisé par Xavier Sartre – Cité du Vatican

«Ce fut une grande surprise» : même au lendemain de l’annonce par le Pape François à l’issue de l’angélus de ce dimanche, de la création de treize nouveaux cardinaux, Mgr Cristobal Lopez Romero, archevêque de Rabat depuis 2017, a du mal encore à réaliser ce qu’il vient de se passer. «Je ne m’y attendais pas. Je n’ai reçu aucune information au préalable» explique-t-il.

Ce salésien de 67 ans, né en Espagne, ayant passé vingt-cinq ans au Paraguay où il a été naturalisé, présent une première fois au Maroc entre 2011 et 2014 avant d’y revenir en 2017, reconnait avoir peur «à cause de la responsabilité» que représente le fait de devenir cardinal. Mais il est aussi reconnaissant envers le Pape François «pour cette attention, cette déférence», mais «pas envers moi», avoue-t-il, mais «envers l’Église qui est au Maroc, qui est au Maghreb et envers le Royaume du Maroc».

Salut au Maroc

Certes, cette annonce passera sans doute inaperçue auprès du plus grand nombre dans son pays d’adoption. «La plupart des Marocains ne savent pas ce qu’est un cardinal» confie Mgr Lopez, «mais les autorités du Maroc peuvent l’interpréter comme un clin d’œil : “je vous remercie pour tout ce que vous avez fait pour moi, pour le voyage. Je vous remercie aussi pour l’engagement dans la diffusion d’un islam modéré et ouvert et pour votre engagement en faveur du dialogue interreligieux”».

Dialogue interreligieux reconnu

Selon l’archevêque de Rabat, cette dimension interreligieuse a été au cœur de la décision du Pape François de lui conférer la barrette cardinalice. Il veut la renforcer, estime-t-il après avoir effectué plusieurs voyages allant dans ce sens, comme ceux à Abu Dhabi et au Maroc. «Ma nomination serait un petit geste dans le même sens, pour renforcer le dialogue interreligieux et ce que l’on fait depuis des décennies ici au Maghreb».

C’est aussi, aux yeux de Mgr Lopez, une reconnaissance du «chemin parcouru par les Églises du Nord de l’Afrique. Ces Églises ont quelque chose à nous dire, elles ont un message qui peut nous servir à tous. Le Pape nous encourage à aller de l’avant».

Entretien avec Mgr Lopez
02 septembre 2019, 16:35