Recherche

Vatican News
(Photo d'illustration) (Photo d'illustration)  

Un nouveau prêtre assassiné au Mexique

L’Église mexicaine de nouveau en deuil: un prêtre a été assassiné le 22 août dernier dans le diocèse de Matamoros. L’évêque du lieu demande que justice soit faite.

Le père José Martin Guzman Vega, 55 ans, curé de la paroisse Cristo Rey de la Paz, est mort à l’hôpital des suites d’une violente agression à l’arme blanche. Il avait été retrouvé agonisant sur le seuil de son église par des paroissiens, alertés par des cris provenant de la sacristie. Selon les premiers témoignages, il semblerait que le père Guzman se soit retrouvé seul jeudi soir, tandis que son collaborateur était allé acheter à manger. C’est alors que le meurtrier a fait irruption, poignardant le prêtre à plusieurs reprises avant de s’enfuir.

Dans un communiqué, l’évêque de Matamoros, Mgr Eugenio Lira Rugarcia, fait part de sa «profonde douleur», avant d’exprimer toute sa sollicitude envers la famille du père Guzman et la communauté paroissiale frappée par cette mort tragique. Mgr Rugarcia évoque aussi l’ouverture d’une enquête par la police et exhorte les autorités à faire tout leur possible pour établir la vérité et rendre justice.

Le 27e prêtre tué depuis 2012

Le curé de Cristo Rey de la Paz est le deuxième prêtre assassiné au Mexique depuis le mois de janvier, le 27e depuis 2012. Ce pays est l’un des plus violents au monde, et l’un des plus dangereux. Plusieurs États sont mis en coupe réglée par de puissants groupes de narcotrafiquants, qui font régner la terreur parmi la population en pratiquant le meurtre et l’enlèvement. Ces cartels s’attaquent à des élus locaux, à des activistes de la société civile, à des journalistes, ainsi qu’à des membres du clergé, religieux et des agents pastoraux.

Pour la seule année 2018, on a recensé 33 341 homicides sur tout le territoire. Un chiffre accablant qui rend compte d’un phénomène en constante expansion et que les autorités peinent à endiguer. Selon les dernières statistiques, le mois de juin 2019 a été le mois plus «funeste» de l’histoire récente: quelque 2 560 assassinats ont été dénombrés.

 

26 août 2019, 12:33