Vatican News
"Comme frère aîné et comme père, je désire moi aussi être proche...", écrit le Pape au début de sa lettre aux prêtres. "Comme frère aîné et comme père, je désire moi aussi être proche...", écrit le Pape au début de sa lettre aux prêtres.  

Cinq prêtres apportent leur regard sur la Lettre du Pape

Le 4 août dernier, en la fête de saint Jean-Marie Vianney, le Pape François adressait une lettre aux prêtres du monde entier. Cinq d’entre eux, depuis trois continents différents, réagissent dans L’Osservatore Romano de ce 20 août.

Benedetta Capelli – Cité du Vatican

Ils vivent dans une province rurale d’Italie, en Orissa, région indienne où les chrétiens sont persécutés, au Guatemala ou au Vietnam, deux pays pauvres mais à la foi vivante:  ces cinq prêtres ont accueilli avec gratitude la lettre du Souverain Pontife. Ils en témoignent dans les pages de L’Osservatore Romano. Voici quelques extraits.

Don Tiziano Cantisani: un prêtre parle au cœur des prêtres

Don Tiziano Cantisani, 35 ans, est curé de la paroisse de Maratea, commune de la Basilicate, en Italie méridionale. À ses yeux, cette lettre «n’est pas un texte qui tombe d’en haut, au ton de réprimande, mais il est écrit par quelqu’un qui a partagé et qui partage encore la même condition que celle vécue par les destinataires de la lettre, nous les prêtres». Le jeune prêtre a été touché par le passage sur la douleur, laquelle «ne doit pas s’enfermer dans la désolation mais s’ouvrir à la force de l’Esprit Saint» et peut devenir lieu de «rencontre avec la grâce du Seigneur». Il rappelle également le «renversement» qu’invite à faire le Pape: faire davantage confiance au peuple de Dieu, qui peut faire grandir une nouvelle mentalité, «une nouvelle façon de se sentir Église».  

Père Dominic Ngo Quang Tuyen: un Pape «ami, maître et père»

Cette même proximité a été ressentie par le prêtre vietnamien Dominic Ngo Quang Tuyen, 71 ans, dont 13 passées en prison. Il définit le Souverain Pontife comme un «ami, maître et père», qui parle à ses confrères avec sincérité et leur offre un véritable soutien. Père Dominic, toujours impliqué dans l’évangélisation de son «pays bien-aimé», adresse un touchant message au Pape: «Je vous aime, Très Saint-Père. J’ai traduits vos importants enseignements et documents en langue vietnamienne et je les ai transmis à mon bien-aimé peuple vietnamien. Saint-Père, prions l’un pour l’autre».

Père Juan Mardoqueo Aj Luis: un «souffle d’air frais»

Pour Juan Mardoqueo Aj Luis, prêtre du diocèse de Suchitepèquez-Retalhuleu, au Guatemala, ces «mots du Pape sont un souffle d’air frais qui encourage notre cœur de pasteur». «Même s’il y a des péchés qui ont causé de grandes douleurs à l’Église, avec les abus sexuels commis par certains prêtres, cette crise est un temps de purification pour l’Épouse du Christ, car Il la veut sainte et immaculée», souligne le prêtre. «Et le chemin que nous propose le Pape, par la conversion, la transparence et la sincérité, suscitera de grands fruits de sainteté chez les prêtres du monde entier», ajoute-t-il. Père Juan se rend compte qu’en Amérique latine, beaucoup de personnes «font l’expérience de la Croix et de la douleur à travers la pauvreté, la discrimination, l’exclusion dans les périphéries physiques et existentielles de la vie». Cette lettre est pour lui une manière d’éprouver la miséricorde de Dieu.

Don Andrea Simone: se sentir accompagné

Vicaire paroissial à la cathédrale de Fabriano, dans la région italienne des Marches, don Andrea Simone note «l’affection, le sens de l’encouragement, la compréhension que le Pape a envers les prêtres». Il souligne l’importance de se sentir ainsi soutenu dans la vie quotidienne où la solitude tend à prévaloir. «Je fais souvent l’expérience de la grande importance humaine que revêt l’accompagnement spirituel des jeunes», ajoute don Andrea. «Ils te déversent dessus tous leurs gros problèmes et leurs déceptions, mais ils ont un même désir qu’on soit là à côté d’eux, pour pleurer et se réjouir ensemble». «Ne jamais abandonner»: c’est ainsi que le prêtre italien résume les paroles du Pape, reçues le 4 août dernier.

Père Santosh Kumar Digal: le dévouement et la fidélité, malgré tout

Le père Santosh Kumar Digal est prêtre de l’archidiocèse de Cuttack-Bhubaneswar dans l’État de l’Orissa, en Inde. «Au cours de mes dix-neuf années de sacerdoce, témoigne-t-il, j’ai entendu, expérimenté et vécu de quelle manière les prêtres, dans des lieux ou des régions lointaines et inaccessibles, s’impliquent dans différentes tâches pastorales, en prêchant la Parole de Dieu dans diverses situations et en portant aux gens l’espérance, avec amour, esprit de service et dévouement, en renforçant les communautés et en soutenant la cause des pauvres. Ils promeuvent les droits humains, la dignité humaine et la justice sociale malgré les nombreuses difficultés et les défis», souligne-t-il. Le prêtre indien encourage à se souvenir des plus beaux moments vécus au cours du sacerdoce, moments marqués par l’amour, afin de continuer à être fidèle et généreux, au service des autres, au nom de l’Évangile. Il lui semble essentiel que les prêtres portent «l’espérance et l’amour au monde déchiré dans lequel nous vivons aujourd’hui».

 

20 août 2019, 17:24