Recherche

Vatican News
Peine de mort... ou droit à la vie ? Peine de mort... ou droit à la vie ? 

Les évêques américains s’opposent au rétablissement de la peine de mort au niveau fédéral

Le 26 juillet dernier, le ministère américain de la Justice annonçait la reprise des exécutions de personnes condamnées par des tribunaux fédéraux. La dernière remontait à seize ans. L’épiscopat américain n’a pas tardé à manifester son opposition, par la voix de l’un de ses membres, Mgr Frank J. Dewane.

Mgr Frank J. Dewane, évêque du diocèse de Venice et président du Comité sur la justice nationale et le développement humain de la Conférence des évêques des États-Unis (USCCB), rappelle clairement la position de l’Église catholique concernant la peine de mort, dans une déclaration datée du 30 juillet dernier.

«Comme le Catéchisme de l'Église catholique l'affirme aujourd'hui : “la peine de mort est inadmissible car elle attente à l’inviolabilité et à la dignité de la personne”», peut-on lire, en référence à la nouvelle formulation publiée le 2 août 2018.

«Lors de leur rencontre de juin, les évêques catholiques des États-Unis ont voté à une écrasante majorité pour mettre à jour le Catéchisme à l’usage des adultes aux États-Unis, afin de refléter cette position. Ceci est cohérent avec les appels comparables lancés par les évêques depuis plus de quarante ans, y compris dans leur déclaration de 2005, "Une culture de la vie et la peine de mort"», rappelle Mgr Frank J. Dewane.

Tenir compte de l’enseignement de l’Église

L’évêque américain s’appuie également sur les propos du Pape François, qui appelait dans son discours au Congrès lors de sa visite apostolique aux États-Unis en 2015 à «l'abolition mondiale de la peine de mort». Le Saint-Père ajoutait «qu’une juste et nécessaire punition ne doit jamais exclure la dimension de l’espérance et l’objectif de la réhabilitation».

«Compte tenu de ces positions défendues de longue date et fermement, conclut Mgr Dewane, je suis profondément préoccupé par l'annonce faite par le Département de la justice des États-Unis». Il exhorte «les fonctionnaires fédéraux à prendre en considération» l’enseignement de l’Église, ainsi que «les preuves» démontrant l’«application injuste et biaisée» de la peine capitale, et à «abandonner les plans annoncés pour appliquer à nouveau la peine de mort».

La peine de mort est légale aux États-Unis mais plusieurs États l'ont déclarée illégale ou ont prononcé des moratoires, comme la Californie, l'Oregon, la Pennsylvanie ou le Colorado. Sur les 25 États où elle reste légale, plusieurs ne l'appliquent pas en raison de difficultés d'approvisionnement en substances létales et d'interrogations sur la légalité de ces produits.

Au niveau fédéral, elle restait jusqu'à présent suspendue sans être formellement abolie. Les tribunaux fédéraux prononcent rarement des peines capitales. Seule une soixantaine de personnes se trouvent dans les couloirs de la mort de pénitenciers fédéraux, contre plus de 2600 dans les prisons des États, selon le Centre d'information sur la peine de mort (DPIC). Au niveau fédéral, trois exécutions ont été réalisées au cours des 45 dernières années.

 

02 août 2019, 17:23