Cerca

Vatican News
Messe célébrée en la cathédrale de Jolo, le 16 juillet 2019 Messe célébrée en la cathédrale de Jolo, le 16 juillet 2019 

Philippines: six mois après l’attentat, réouverture de la cathédrale de Jolo

Le 27 janvier, un double attentat frappait la cathédrale de Jolo, sur une île du sud des Philippines, faisant au moins vingt morts et près d’une centaine de blessés. L’édifice a rouvert ses portes aux fidèles ce 16 juillet. Une première messe a été célébrée en présence de nombreux fidèles et membres du clergé philippin.

La date choisie pour cette réouverture était significative: 16 juillet, fête de Notre-Dame du Mont-Carmel, la sainte patronne du vicariat apostolique de Jolo, et dont cette cathédrale porte le vocable.

La communauté catholique de Jolo – près de 25 000 fidèles sur un territoire comprenant 1,7 millions de musulmans – a donc retrouvé son lieu de culte principal, six mois après l’attaque meurtrière qui s’était déroulée en pleine messe. Une bombe avait alors explosé à l’intérieur de l’édifice, puis une seconde à l’extérieur, alors que des militaires arrivaient sur les lieux. Peu après, des photos diffusées par l'armée montraient l’ampleur des destructions: portes et fenêtres pulvérisées, bancs retournés, murs et sols maculés de sang.

En quelques mois, l’argent récolté auprès de donateurs du monde entier et d’organisations catholiques – telles que l’Aide à l’Église en Détresse – a permis d’effectuer les réparations nécessaires.

La messe célébrée ce 16 juillet a en certain sens parachevé les travaux, par une cérémonie de consécration (la seconde donc, dans l’histoire de cette cathédrale) présidée par Mgr Gabriele Caccia, nonce apostolique aux Philippines. Des centaines de fidèles et de nombreux prélats philippins étaient présents, dont le président de la Conférence épiscopale du pays, Mgr Romulo Valles, et l’ancien vicaire apostolique de Jolo, Mgr Angelito Lampon. «Nous remettons chaque jour notre vie entre les mains de Dieu et nous nous abandonnons à sa volonté, a déclaré ce dernier à l’agence Fides, en accomplissant une mission de dialogue et de coexistence pacifique avec des fidèles d’autres religions. Cette mission de paix devient signe visible d’un Évangile qui annonce la paix, la réconciliation, la miséricorde, et en témoigne». Un acte de consécration à Marie a été prononcé au cours de la messe.

L’île de Jolo reste un bastion du mouvement islamiste Abou Sayyaf, dont certains combattants se disent membres de l’organisation de l’État Islamique, qui a revendiqué l’attentat de janvier dernier. Cette attaque, l’une des plus sanglantes de l’histoire récente des Philippines, avait marqué un revers dans le processus de paix visant à tourner la page de décennies de violences dans le Sud de l’archipel.

Avec Fides et Philippine News Agency

 

18 juillet 2019, 11:32