Cerca

Vatican News
 Mgr Eric de Moulins-Beaufort Mgr Eric de Moulins-Beaufort  

Mgr de Moulins-Beaufort entame son mandat à la tête de la CEF

Une page se tourne ce 1er juillet à la Conférence des Évêques de France: Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille, achève sa mission de président de la CEF, après deux mandats de trois années. Mgr Éric de Moulins-Beaufort, récemment nommé archevêque de Reims, lui succède. À l’occasion de sa venue à Rome pour la remise du pallium par le Saint-Père, il nous confie son état d’esprit et aborde les dossiers qui seront prioritaires dans sa nouvelle mission.

Entretien réalisé par Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Mgr de Moulins-Beaufort a été élu début avril à la tête de la Conférence des évêques de France (CEF), avec deux vice-présidents pour l’épauler: Mgr Leborgne, évêque d’Amiens, et Mgr Blanchet, évêque de Belfort. Une nouvelle génération donc, appelée à servir et représenter l’épiscopat français pendant trois ans.

Le président de la CEF connaît déjà bien ses pairs. Cet ancien secrétaire particulier du cardinal Vingt-Trois est nommé évêque auxiliaire de Paris en 2008. Dix ans plus tard, en août dernier, le Pape François le choisit pour prendre la tête de l’archidiocèse de Reims. Mgr de Moulins-Beaufort était donc à Rome le 29 juin dernier, solennité des saints apôtres Pierre et Paul, pour la remise du pallium par le Saint-Père. Un pallium qu’on lui imposera ensuite en la cathédrale Notre-Dame de Reims, en présence de tous les évêques de sa province ecclésiastique, le 6 octobre prochain.

En tant que nouveau président de la CEF, Mgr de Moulins-Beaufort devra consacrer ses forces à plusieurs dossiers, poursuivant le travail de ses prédécesseurs ou choisissant d’innover, toujours en cohérence avec le message évangélique et les textes magistériels.

Abus et bioéthique

En premier lieu vient évidemment le brûlant et délicat sujet de la lutte contre les abus, sur lequel Mgr de Moulins-Beaufort souhaite attendre les résultats du rapport de la Commission spéciale menée par Jean-Marc Sauvé, tout en restant «en lien avec les victimes». La CEF devra aussi suivre de près le dossier bioéthique, le projet de révision des lois de bioéthique devant être présenté fin septembre à l’Assemblée Nationale. Enfin, au sein de l’Église, Mgr de Moulins-Beaufort se montre soucieux d’insuffler un esprit d’«estime mutuelle», en puisant dans l’exemple laissé par saint Paul.

Mais même si l’Église de France traverse une période tumultueuse, l’archevêque de Reims se montre plein d’espérance en évoquant les atouts de celles-ci : sa jeunesse fervente et généreuse, de multiples lieux où la foi est vivante et «les activités sont variées, mais c’est le même Dieu qui agit en tout et en tous» (1 Co 12,6).

À notre micro, Mgr de Moulins-Beaufort explique d’abord ce que signifie pour lui le fait de recevoir le pallium des mains du Pape François. 

Entretien avec Mgr de Moulins-Beaufort
01 juillet 2019, 07:46