Recherche

Vatican News
L'assemblée plénière des évêques du Mexique, en mai 2019. L'assemblée plénière des évêques du Mexique, en mai 2019. 

Les évêques du Mexique qualifient les abus de «cancer à extirper»

Ce mardi 16 juillet a été célébrée au Mexique une Journée de prière pour les victimes d’abus sexuels de la part du clergé.

Un moment de prière a été organisé à l’Université catholique de Mexico, en présence de quelques victimes, et sous la présidence du secrétaire général de la Conférence épiscopale mexicaine, Mgr Alfonso Gerardo Miranda Guardiola, évêque auxiliaire de Monterrey. À cette occasion un message très ferme a été diffusé par le Conseil national pour la protection des mineurs, dont cet évêque est le coordinateur. Le texte affirme que d’ici peu, «notre génération sera jugée, face aux horribles abus sexuels commis par des prêtres, et sera évaluée sur comment nous avons su affronter ce problème et le résoudre. Si nous avons été indifférents, défectueux, lâches ou négligents ; ou si, au contraire, nous avons été sensibles, responsables, humbles et courageux pour appliquer les sanctions nécessaires».

La pratique des abus dans le domaine ecclésial est présentée dans ce texte comme «un cancer à extirper». Il faut donc «accepter cette crise avec profondeur et reconnaître que le dommage n’a pas été fait de l’extérieur, mais que les premiers ennemis sont à l’intérieur, parmi les évêques, prêtres et consacrés ; nous qui n’avons pas été à la hauteur de notre vocation».

«Il n’y a aucune justification possible pour ne pas dénoncer, pour ne pas démasquer, pour ne pas affronter avec courage et force tout abus présent à l’intérieur de notre Église», insiste Mgr Miranda, qui conclut en rappelant que cette ligne de l’Église mexicaine est sortie confirmée de la Rencontre sur la protection des mineurs organisée au Vatican en février. Il exhorte à «renforcer les liens fraternels et entrer dans un discernement communautaire» pour affronter ensemble ce défi «dans le soutien réciproque»

17 juillet 2019, 17:55