Recherche

Vatican News
Le président philippin, Rodrigo Duterte, lors de son adresse à la Nation, le 22 juillet 2019 à l'est de Manille. Le président philippin, Rodrigo Duterte, lors de son adresse à la Nation, le 22 juillet 2019 à l'est de Manille.   (ANSA)

Aux Philippines, l'Église contre le rétablissement de la peine de mort

L'Église philippine a réitéré sa ferme opposition à la réintroduction de la peine de mort abolie en 2006. Les éveques demandent aux législateurs de ne pas céder aux pressions en ce sens du président Rodrigo Duterte.

Le 22 juillet, dans un ample discours sur l'état de la nation, le président Duterte a confirmé son désir de rétablir la peine capitale. Les évêques philippins ont dans la foulée invité les membres du Congrès à évaluer attentivement cette disposition afin de déterminer «si elle sert réellement à lutter contre le fléau du trafic de drogue et à réduire la criminalité» comme prôné par l’exécutif philippin.

En ce sens, Rodolfo Diamante, directeur exécutif de la Commission épiscopale pour la pastorale pénitentiaire, a exhorté les parlementaires à ne pas donner aux Philippins de fausses illusions ou de «solutions simplistes aux problèmes». De même, il a incité les membres du Congrès à ne pas approuver de mesures visant uniquement «à faire plaisir» à Duterte.

Les dérives de la guerre contre la drogue

Les Philippines ont déclaré la peine de mort illégale en 1987, l'ont rétablie six ans plus tard, puis abolie à nouveau en 2006. Son éventuelle réintroduction est revenue au centre du débat politique dans le pays après la nouvelle victoire de Duterte aux élections de mi-mandat en mai dernier. Une victoire obtenue également grâce à sa lutte contre le trafic de drogue et le crime organisé. Cette campagne avait fini par alimenter un climat justicier extrême et d'impunité dans le pays. 

Les exécutions extrajudiciaires au cours desquelles même des mineurs sont assassinés sans distinction, sont particulièrement préoccupantes simplement parce qu'elles sont soupçonnées d'être impliquées dans le trafic de drogue ou de simples consommateurs, avertit ainsi l’Église locale.

 

28 juillet 2019, 17:19