Cerca

Vatican News
L’ascension de l’énorme rocher Uluru, considéré comme sacré dans la culture arborigène, sera interdite à partir d'octobre. Conséquence : ces derniers mois, les visiteurs ont pris d’assaut la célèbre formation rocheuse au cœur du désert australien. L’ascension de l’énorme rocher Uluru, considéré comme sacré dans la culture arborigène, sera interdite à partir d'octobre. Conséquence : ces derniers mois, les visiteurs ont pris d’assaut la célèbre formation rocheuse au cœur du désert australien.  (AFP or licensors)

Australie: l’Église inquiète du taux de suicide chez les Aborigènes

L’inclusion des Aborigènes dans la société fait l’objet d’un vif débat en Australie. Alors que le gouvernement annonçait cette semaine la tenue, d'ici trois ans, d’un référendum sur la reconnaissance des Australiens aborigènes dans la Constitution, l’Église s’inquiétait, elle, dimanche dernier, de l’important taux de suicide chez les jeunes aborigènes. Les évêques ont publié une lettre pastorale appelant à apprendre d’eux, tout en les accompagnant avec respect.

Marie Duhamel – Cité du Vatican

«Le suicide est souvent la dernière goutte d’une accumulation de malheurs et de douleurs». Dans leur message annuel publié à l’occasion du dimanche dédié, chaque année début juillet, aux Aborigènes et aux Indigènes du détroit de Torrès, les évêques mettent des mots sur les souffrances endurées par ces populations autochtones. «Ils ont subi des expropriations, des déplacements forcés, des violences de types divers (… ) Si souvent, il a été décidé à leur place ce qui était bon pour eux».

Un important taux de suicide est en effet constaté parmi les autochtones, notamment chez les plus jeunes. Cette «tragédie», qualifiée également de «triste et inacceptable réalité», «nous appelle à l’action !» écrivent les évêques. Ils proposent dans l'espoir d'«éradiquer le suicide», une série de principes qui pourraient aidés à aller de l’avant et améliorer le soutien proposé aux Aborigènes et Indigènes australiens.

Trouver une solution à un phénomène tragique

S’ils encouragent les différentes organisations étatiques, communautaires, religieuses ou autres à mieux se coordonner pour améliorer leur soutien, ils insistent sur le principe d’auto-détermination. «Nous devons éviter l’écueil qui consiste à ‘résoudre’ leurs problèmes à leur place», soulignent-ils. «Nous pouvons cheminer aux côtés de ces communautés en offrant un soutien aimant, mais nous devons éviter la tentation d’intervenir au travers de solutions rapides, imposées de l’extérieur».

Les évêques insistent également sur le bien commun comme pierre angulaire de tout comportement ; sur le respect qui doit motiver tous les efforts entrepris, sur une réelle motivation à améliorer les conditions de ces peuples, sans fins cachées et sans songer à son propre intérêt. Enfin, la prévention, comme le soin des personnes en difficulté, sont nécessaires.

Pour les chrétiens, rappellent-ils, Jésus est venu porter la vie en abondance. «Il nous appelle à travailler ensemble avec amour et dans le respect et à chercher une solution à ce phénomène tragique et non nécessaire qui consiste à s’ôter la vie».

Le suicide des jeunes est une tragédie qui ne frappe pas uniquement les populations autochtones. «Au-delà de nos origines ethniques, nous partageons la même nature humaine».

La société australienne vit de «grands changements» et un grand défi, celui de trouver la juste «nourriture spirituelle» et les évêques australiens réaffirment dans ce contexte combien il existe chez les natifs d’Australie «une ample histoire de profonde spiritualité», «très enrichissante» pour le catholicisme. Ils invitent ainsi à cheminer à leurs côtés car tous nous pouvons apprendre d’eux, notamment «la transmission des traditions aux jeunes générations.»

Un référendum constitutionnel pour reconnaître les Aborigènes

L’inclusion des Aborigènes dans la société et dans la Constitution australienne, fait l’objet d’un vif débat en Australie. Le Premier ministre conservateur Scott Morisson a accepté de travailler sur la question avec l’opposition travailliste et, cette semaine, le ministre des Affaires indigènes a promis de tenir un référendum constitutionnel sur le sujet d’ici trois ans. Ken Wyatt est devenu en mai le premier Australien aborigène à obtenir ce poste.

Le vote est obligatoire en Australie lors des référendums constitutionnels, mais depuis 1901, seules huit propositions de réforme constitutionnelle ont été approuvées.

Les Aborigènes et les Indigènes de Torrès, dans le Queensland, représentent 3% de la population australienne mais sont de loin les plus défavorisés. Ils vivent pourtant depuis des dizaines de milliers d’années sur l’île où les colons britanniques sont arrivés en 1788.

La fête nationale australienne est d’ailleurs célébrée, le 26 janvier, date du débarquement des colons. Or cette année, la Commission catholique nationale des Aborigènes et des habitants des îles du Détroit de Torrès (NATSICC) a proposé de célébrer la fête nationale le 27 mai, jour qui rappelle le référendum de 1967 au travers duquel le peuple australien choisit de reconnaître la citoyenneté aux Aborigènes.

13 juillet 2019, 12:48