Vatican News
Le Pape François et le patriarche de l'Église orthodoxe roumaine, Daniel Le Pape François et le patriarche de l'Église orthodoxe roumaine, Daniel  (ANSA)

Visite du Pape François en Roumanie : le regard d’un prêtre orthodoxe

Le prêtre orthodoxe Emanoil Babus livre son regard enthousiaste sur la visite du Pape François en Roumanie.

Cyprien Viet - Bucarest

Le passage du Pape vendredi à Bucarest a laissé une forte impression dans la population. Encore ce samedi matin, les chaines de télévision du pays diffusaient en boucle les images du Pape François dans la capitale roumaine, avec de longs reportages sur les catholiques de Roumanie, sur la diplomatie du Saint-Siège et même sur la stratégie de communication du Vatican sur les réseaux sociaux !

Malgré la pluie, le Pape a bénéficié d’un réel engouement populaire dans les rues de la capitale, y compris de la part de nombreux orthodoxes, qui lui ont manifesté beaucoup de respect et d’estime. Le temps consacré par l’évêque de Rome à cet échange œcuménique, dès les premières heures de sa visite, a réveillé les souvenirs de la visite de saint Jean-Paul II à Bucarest en 1999, qui avait beaucoup marqué les Roumains.

Une fraternité vécue à l’échelle européenne

De nombreux Roumains orthodoxes sont attachés à l’ancrage de leur pays dans la latinité, et ceux qui ont de la famille en Europe occidentale reconnaissent et apprécient l’hospitalité de l’Église catholique, qui a mis de nombreux lieux de culte à la disposition de la diaspora roumaine. Rien qu’en Italie, par exemple, plus de 200 prêtres orthodoxes roumains exercent leur ministère sous la juridiction du Patriarcat de Bucarest, en bonne entente avec les diocèses catholiques qui leur prêtent des églises.

L’émigration, un phénomène douloureux pour la Roumanie car elle a vu partir de nombreux jeunes en Occident, s’est donc aussi révélée être une chance pour une meilleure connaissance réciproque entre les Églises.

Le prêtre orthodoxe Emanoil Babus a lui-même vécu l’expérience de l’émigration en France dans les années 1990, période durant laquelle il fut à la fois prêtre dans une paroisse orthodoxe de Belfort et, dans la vie civile, policier municipal, afin de garantir un revenu à sa famille. Désormais professeur d’histoire byzantine à la Faculté de théologie orthodoxe de l’université de Bucarest, il témoigne de la fierté du peuple roumain dans l’accueil du Pape, au-delà des différences confessionnelles.

Entretien avec le père Emanoil Babus
01 juin 2019, 16:20