Cerca

Vatican News
Les responsables de l'épiscopat américain ici en réunion avec le Pape François au Vatican, le 13 septembre 2018. Les responsables de l'épiscopat américain ici en réunion avec le Pape François au Vatican, le 13 septembre 2018.  (ANSA)

L’épiscopat américain en communion avec le Pape pour lutter contre les abus

Aller de l’avant dans la prévention et la dénonciation des abus, guérir les blessures : ce sont quelques-uns des principaux axes de l’assemblée de printemps des évêques des États-Unis, qui ont adressé un message au Pape François.

«Le combat contre le péché et contre le crime d’abus sexuels, nous le menons en communion avec vous, Saint-Père, dans l’unité épiscopale et dans le généreux service à tous» : les évêques américains l’écrivent dans le message adressé au Pape François à l’occasion de leur Assemblée générale. Les évêques, «guidés par la sagesse acquise durant la Rencontre sur la protection des mineurs dans l’Église» qui s’est tenue en février au Vatican ajoutent qu’ils se sentent enrichis par le témoignages de ceux qui ont survécu aux abus.

Ce thème a été au centre de la première journée, dans laquelle a été notamment encouragée la mise en place du Motu proprio du Pape Vos estis lux mundi, dédié au thème des abus et à leur gestion par les Églises locales. Il a été souligné qu’un espace devait être laissé aux laïcs dans les commissions appelées à juger les manquements des évêques sur différents cas. Il faut par ailleurs améliorer la Charte de Dallas, le document pour la protection des enfants et des jeunes adopté à Dallas en 2002.

Les évêques appelés à la vigilance

L’assemblée s’est ouverte avec un message du nonce apostolique, Mgr Christophe Pierre, retenu à Rome par la rencontre du Pape avec les représentants pontificaux. Dans son texte, Mgr Pierre exhorte les évêques à être responsables, surtout sur le thème des abus, parce qu’ils sont appelés à «veiller sur le troupeau et à en être guide». Des milliers de catholiques servent l’Église dans les écoles, les paroisses, les hôpitaux, les actions caritatives… Tout ceci prouve que «l’Église est vivante».

Au dernier jour de l’Assemblée, le 14 juin prochain, les évêques américains seront appelés à voter pour un document intitulé “Reconnaître nos engagements ecclésiaux”. Ce texte contient également un code de conduite du clergé, qui s’appliquera aux prêtres comme aux évêques, dans tous les diocèses du pays.

L’archevêque de Baltimore, Mgr William Lori, a affirmé que «certains évêques ont échoué à maintenir les promesses faites durant leur ordination épiscopale et ont commis des actes d’abus ou ont manifesté une mauvaise conduite sexuelle». D’autres, a-t-il ajouté, «ont failli en ne répondant pas de façon morale, pastorale et efficace aux accusations d’abus ou de mauvaise conduite perpétrés par d’autres évêques, prêtres et diacres». Ces attitudes ont provoqué consternation, indignation et découragement parmi les fidèles, a-t-il reconnu.

L’opposition au suicide assisté

Les évêques se sont également penchés sur des questions de bioéthique. Suite notamment à la légalisation du suicide assisté au Canada et dans cinq États fédérés (Oregon, Washington, Montana, Vermont et Californie), le débat sur une généralisation au niveau fédéral a pris de l’ampleur. Mais l’Association médicale américaine a rappelé hier lors d’un vote son opposition au suicide assisté, c’est-à-dire avec assistance médicale. En commentant ce vote, Mgr Joseph F.Neumann, président de la commission pro-life de la conférence épiscopale américaine, a rappelé que «le suicide assisté comporte de graves conséquences pour toute la société». Il a salué ce vote de l’Association médicale américaine, en rappelant que l’assistance au suicide est incompatible avec le rôle du médecin.

12 juin 2019, 18:05