Cerca

Vatican News
Notre Dame de Paris, deux jours après l'incendie du 15 avril 2019. Notre Dame de Paris, deux jours après l'incendie du 15 avril 2019.  

Solidarité interreligieuse pour Notre-Dame de Paris

De nombreuses personnalités du christianisme, du judaïsme ou de l’islam ont exprimé leur solidarité et leur compassion après l’incendie qui a ravagé la cathédrale parisienne.

Une première voix touchante est venue d’Orient, du président irakien, Barham Saleh: «Les Irakiens connaissent précisément cette douleur, cette sensation de perte qui touche le peuple de France, car nous avons récemment vu une part de notre héritage culturel national être détruite», a-t-il écrit sur Twitter.

Les voix orientales et orthodoxes

Au Liban, le patriarche maronite, Béchara Raï  a lui fait part de sa vive émotion: «En larmes, nous avons assisté, incrédules, à l'immense incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame, provoquant des dégâts considérables en son sein, emportant avec lui 850 ans de beauté architecturale gothique (...)», a-t-il regretté.

«Il s'agit d'une grande perte, pas seulement pour la France, mais pour le monde entier, pour tous les États et tous les peuples. Nous exprimons, au nom de notre Eglise, notre profonde tristesse et notre compassion avec la France, son chef de l'Etat, son église, et son peuple (...)», a poursuivi le patriarche maronite. 

Du côté du monde orthodoxe, l’higoumène (supérieur d’un monastère) Filipp, représentant de l’Église orthodoxe auprès du Conseil de l’Europe et de l’Union européenne et supérieur à l’église orthodoxe de tous les saints de Strasbourg s’est désolé: «En voyant les images de l’incendie de la cathédrale de Paris, je ressens de la douleur, m’en viennent les larmes. Je suis sûr que beaucoup de chrétiens orthodoxes, surtout ceux vivant en France, se trouvent dans un état similaire. C’est une cathédrale ancienne, et elle se tient sur des fondations encore plus anciennes, qui remontent à la conversion des Francs au christianisme, au Ve siècle. On peut donc dire que c’est aussi un objet sacré orthodoxe».  

L’hommage des protestants

D’autres figures du christianisme se sont faites entendre, à l’instar des protestants de France.

Le président de la Fédération protestante de France notamment, le pasteur François Clavairoly, s’est dit «ému par ce terrible incendie» touchant un « lieu de culte, de culture mondialement connu». Le président de la FPF a exprimé « au nom des protestants français solidarité et pensées fraternelles en Christ à tous les chrétiens et à tous ceux pour qui ce symbole exceptionnel fait sens».

François Clavairoly rappelle aussi que cette cathédrale est un «lieu emblématique» pour l’unité des chrétiens puisque de nombreuses et «importantes cérémonies œcuméniques» s’y sont déroulées, comme lors de «la COP 21 pour l’écologie et la justice climatique».

Le Conseil national des évangéliques français (Cnef) a également tenu «à assurer la communauté catholique de son amitié et de sa fraternité en ses tristes circonstances». Le président de cette instance, Étienne Lhermenault, s’est dit «atterré par le triste spectacle de l’incendie de Notre-Dame de Paris», partageant «l’émoi des responsables et membres de l'Église catholique de France».

La sympathie de la communauté juive

En dehors des responsables religieux chrétiens, la communauté juive a aussi fait part de sa tristesse. Mgr Michel Aupetit a d’ailleurs souligné que le grand rabbin de France était le premier à lui avoir envoyé un message.

Joël Mergui, président du Consistoire, a lui exprimé le «soutien et la sympathie de la communauté juive à nos amis catholiques devant le drame de la cathédrale Notre-Dame en feu». Jack Yves Bohbot, vice-président du Consistoire central et président de la synagogue Nazareth à Paris, a exprimé son «effondrement» et sa «très grande émotion de voir brûler Notre-Dame, symbole de notre Ville, de notre histoire et de la Chrétienté».

La rabbin Delphine Horvilleur a elle partagé une vidéo de l’Ave Maria chantée par l’Israélienne Noa. «Avec les Chrétiens, les Parisiens, et toute une humanité qui pleure les rêves des bâtisseurs… », a-t-elle écrit, quant au CRIF, il a affirmé «partager la vive émotion de l’ensemble des Français, frappés en plein cœur par l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris» et a «exprimé avec une grande émotion sa solidarité avec les pompiers qui luttent au mieux contre les flammes».

Les musulmans appelés à contribuer

En ce qui concerne le monde musulman, le grand imam d’Al-Azhar a fait part de son soutien à ses frères de France, se sentant désolé pour cet incendie massif frappant le chef d’œuvre architectural qu’est Notre Dame.

En France, Dalil Boubakeur, en sa qualité de recteur de la Grande Mosquée de Paris a appelé, mardi, «tous les musulmans de France à contribuer à la souscription nationale pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris». Il rappelle que cette cathédrale, «temple de Dieu» et «joyau du patrimoine national», représente «pour les musulmans, le symbole de Marie, “Meriem”, mère de Jésus, mentionnée à trente-quatre reprises dans le Coran».

Mohammed Moussaoui, président de l’Union des mosquées de France, appelle dans le même esprit «les musulmans de France à élever des prières afin que Notre-Dame de Paris, haut lieu de spiritualité et grand symbole du patrimoine de notre pays, puisse être sauvée et protégée». Il demande également aux fidèles de bien vouloir «apporter leur contribution à l’effort national pour la reconstruction et la restauration de Notre-Dame de Paris».

17 avril 2019, 17:42