Recherche

Vatican News
Le président russe Vladimir Poutine à l'ouverture du sommet de Saint-Petersbourg. Le président russe Vladimir Poutine à l'ouverture du sommet de Saint-Petersbourg.  

L’Arctique est-elle vraiment stratégique pour la Russie ?

Le forum international sur l’Arctique a réuni pendant deux jours de nombreux responsables politiques et économiques, montrant les ambitions de Moscou sur une nouvelle zone stratégique pour le commerce mondial.

Olivier Bonnel-Cité du Vatican

En 1969, l’image avait fait le tour du monde : celle de Américains plantant la bannière étoilée sur la Lune, symbole de la conquête de l’espace. En août 2007, la Russie a fait de même, mais sous la calotte glacière à la verticale du pôle Nord. Une image qui veut résumer les ambitions de Moscou dans l’Arctique, alors que la fonte des glaces promet de nouvelles voies maritimes et l’exploitation de nouvelles ressources économiques.

Ces mardi et mercredi, la ville de Saint-Pétersbourg était le cadre du cinquième forum international sur l’Arctique, en présence des chefs de gouvernement scandinaves mais aussi de 350 patrons. Car l’enjeu économique de l’ouverture de l’Arctique est fondamental pour Moscou. L’ouverture du passage du Nord-Est, qui relie l'océan Atlantique à l'océan Pacifique, simplifierait notamment sa la livraison d'hydrocarbures en Asie du Sud-Est.

Moscou veut une « large coopération »

La Russie a ses dernières années renforcé sa présence dans la zone, en y développant notamment des bases militaires, ce qui a renforcé les inquiétudes des pays occidentaux. La Russie « ne menace personne » dans l'Arctique s’est défendu mercredi son ministre des affaires Sergeï Lavrov, soulignant que la position de Moscou sur l'Arctique « suppose une large coopération ».
Mais derrières les promesses économiques et stratégiques, l’Arctique est-il vraiment un futur Eldorado pour les échanges mondiaux et pour les Russes en particulier ? L’éclairage de Thomas Merle, professeur en géographie politique à l’université de Reims Champagne-Ardenne.

Entretien avec Thomas Merle


 

11 avril 2019, 08:38