Cerca

Vatican News

Nicaragua: reprise du dialogue national sous l'égide de l'Église

Reprise du dialogue politique au Nicaragua. Mercredi matin, des représentants du gouvernement et de l’opposition se sont retrouvés pour une première rencontre, en présence du cardinal Brenes, archevêque de Managua et du nonce apostolique, Mgr Sommertag. Les négociations se poursuivent ce jeudi.

Durant la réunion de mercredi, qui a duré plus de 7 heures, le nonce apostolique a lu à tous les participants  un mot et une prière du Pape, «afin que les questions ouvertes puissent être résolues avec le sens des responsabilités pour le bien de tous». Mgr Sommertag s’est dit pour sa part «confiant» et certain que ce «nouveau dialogue aidera à ouvrir les portes des consciences et des cœurs». Pour le nonce, l’occasion est historique; armées de bonne volonté, il est temps pour les parties en présence «d’agir en véritables fils de ce pays» et d’arriver à une solution nationale pour le Nicaragua.

Une feuille de route

La rencontre s’est conclue par une courte déclaration de Mgr Sommertag devant la presse. Il a ainsi révélé que les participants avaient élaboré une feuille de route des négociations. «Sur douze points (soulevés), un accord a été trouvé sur neuf », a-t-il affirmé sans plus de précisions. Quelques heures avant le début de la réunion sur un campus universitaire de Managua, le ministère de l’Intérieur a annoncé qu’une centaine d’opposants avaient été libérés de prison et conduits à leur domicile pour y être assignés à résidence.

La proximité du Pape

Lors de son intervention devant les participants, l’archevêque de la capitale, le cardinal Leopoldo Brenes a évoqué ce moment d’échange avec le Pape, survenu mardi à Rome, au cours duquel le Saint-Père a exhorté à n’épargner aucun effort pour résoudre ce conflit, assurant les Nicaraguayens de la proximité et de la prière de toute l’Église. «Nous évêques, nous voulons être des pasteurs et agir comme tels, a notamment déclaré l’archevêque de Managua. Aller au-devant des brebis pour les guider, aller au milieu d’elles pour les écouter, encourager toutes les initiatives. C’est l’attitude que le Saint-Père recommande».

La solidarité des évêques du monde

Le Pape a également assuré que les évêques devaient être des ponts, et «c’est ce que nous voulons être : vous accompagner dans ces sessions de travail», a promis le cardinal Brenes aux représentants du gouvernement et de l’opposition. Tous les collaborateurs du Pape suivent de près la situation et espèrent en la bonne réussite de ces négociations a conclu l’archevêque, soulignant encore que tous les présidents des conférences épiscopales réunis à Rome dans le cadre de la rencontre internationale pour la protection des mineurs lui avaient fait part de leur soutien et de leur prière pour la reprise du dialogue national.

 

28 février 2019, 14:27