Recherche

Vatican News
Archive: Assemblée de la Comece au Vatican, octobre 2017 Archive: Assemblée de la Comece au Vatican, octobre 2017  

Déclaration des évêques de la COMECE en vue des élections européennes

«Reconstruire la communauté en Europe»: tel est le titre de la déclaration publiée ce 14 février par les évêques de la Commission des Épiscopats de l'Union Européenne (COMECE). Un appel adressé aux citoyens des vingt-sept pays membres afin de voter aux prochaines élections et de contribuer au projet européen.

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Du 23 au 26 mai 2019, tous les citoyens européens «seront responsables de l’élection des nouveaux membres du Parlement européen. Les résultats des élections conditionneront les décisions politiques qui auront une incidence dans nos vies quotidiennes sur les cinq prochaines années», peut-on lire en début de la déclaration de la COMECE.

Favoriser un nouvel humanisme chrétien

«L’Église catholique a pris part à la construction européenne depuis plus de deux millénaires», rappellent les évêques, qui observent que le scrutin de mai prochain offre «une grande opportunité de faire des choix politiques qui renouvelleront la fraternité entre les peuples en relançant le projet européen».

La COMECE incite donc «tous les croyants et les personnes de bonne volonté» à ne pas céder «à la tentation du repli sur soi mais à exercer leurs droits en faveur de la construction de l’Europe», ce qui passe en premier lieu par le vote. Citoyens et institutions doivent dépasser ensemble les «divisions, la désinformation et l’instrumentalisation politique», avertissent les évêques.

Les élections européennes sont aussi l’occasion «pour les croyants d’interroger les candidats sur leur engagement personnel, au cours de leur mandat, à protéger la dignité humaine pour tous» et à «promouvoir des options qui reflètent un nouvel humanisme chrétien».

De nombreux défis à relever

Les évêques de la COMECE s’interrogent ensuite sur l’identité du citoyen européen et notent la distance souvent ressentie par ce dernier vis-à-vis des institutions européennes. Un défi parmi d’autres pour l’Union européenne, qui a besoin «de redécouvrir son identité commune» et de protéger les personnes, les familles, les cultures, et en particulier les personnes vulnérables.

La COMECE aborde également le défi de la numérisation, face auquel «la centralité de la personne humaine» doit être défendue, celui de la démographie - les «jeunes européens ont besoin de se sentir rassuré pour être en mesure de fonder une famille», peut-on lire – celui de la pauvreté ou encore de la migration. À ce sujet, les évêques  affirment que «migration et asile ne sont pas des problématiques indépendantes, étant liées avec la solidarité, une perspective centrée sur l’humain, une économie efficace et des politiques démographiques».

Une opportunité pour préserver la paix

La COMECE souligne enfin le rôle unique de l’UE en tant qu’acteur multilatéral pour la paix et le développement économique. «Protéger l’environnement et le développement durable ne peut pas se limiter aux frontières de l’UE, et les résultats des élections auront une influence sur des décisions qui affecteront l’ensemble de l’humanité», expliquent par exemple les auteurs de la déclaration.

Le vote est donc une «première étape» «nécessaire» afin de «façonner concrètement la construction européenne», concluent les évêques de la COMECE, qui invitent à garder à l’esprit les mots du Pape François: «L’Union Européenne maintiendra la foi dans son engagement pour la paix dans la mesure où elle ne perdra pas l’espérance et saura se renouveler pour répondre aux besoins et aux attentes de ses citoyens».

14 février 2019, 15:54